Dossier

Drag-moi: l’héritage

La populaire soirée Drag-moi, propulsée par Marla Deer, a repris du service pour une 8ème édition le 20 septembre dernier. Après deux semaines intenses d’auditions durant lesquelles une vingtaine de recrues ont tenté leur chance, le choix des juges s’est finalement arrêté sur les 9 candidats qui prendront part à l’aventure. Marla a réussi l’exploit de faire perdurer son concept dans le temps en le renouvelant à chaque nouvelle saison. Si au départ elle avait « casté » ses premières concurrentes par souci d’attirer du public en offrant un minimum de calibre, les choses ont grandement changées depuis avec un nombre incroyable de volotainres, prêts à venir affronter les juges en audition. À noter également que cette année, heurtée par le talent brute des drags en audition, Marla s’est laissé tenter de prendre une participante supplémentaire pour la présente saison. Ce qui frappe lorsqu’on compare Drag-moi entre ses débuts et maintenant est toute la notion d’école. En effet, les candidats qui se présentent aux auditions maintenant sont beaucoup plus prêts qu’ils ne l’étaient lors de la 2ème édition. Afin d’illustrer le parcours de cette compétition au fil des ans, j’ai décidé de vous offrir un dossier hebdomadaire où, à chaque semaine, une drag ayant pris part à l’une ou l’autre des éditions et qui est toujours active dans le milieu, vous partagera quel héritage a-t-elle a gardé de son passage à Drag-moi dans sa carrière.

KRYSTELA FAME

Pour commencer, mon expérience à drag moi s’amorçait alors que je cumulais déjà 6 mois d’expérience comme drag-queen. Je m’attendais à avoir plus de facilité, ou un quelconque avantage du à cette courte expérience. Mon dieu que j’étais loin de la réalité. Je ne me doutais pas du tout ce qui allait m’attendre! Au départ j’étais très confuse par rapport à mon identité de drag. Lorsqu’on débute, on veut faire ce que l’on aime. En ce qui me concerne, je voulais être belle, bonne et faire des numéros qui restaient dans ma zone de confort, avec lesquels j’étais déjà à l’aise. Drag-moi m’a ouvert les yeux sur ce qu’est vraiment le métier de drag-queen, mais m’a permis de mieux cerner mon personnage et ce que je voulais faire de Krystella Fame. Lors du premier défi, je me souviens avoir vécu un petit moment de désespoir, après avoir entendue des critiques assez dures. Je me suis vraiment demander comment j’allais faire pour passer au travers de 12 semaines comme ça! Suite à ce petit moment de déprime, je me suis dit, pour quelqu’un qui a étudié en théâtre et fait de la scène une bonne partie de ta vie, tu dois simplement saisir l’occasion tout en mettant l’aide qu’on t’offrait à profit. Dès la deuxième semaine, grâce à l’aide de Marla, j’ai expérimenté et monté mon premier numéro comique. Il m’a réconcilié avec tout le processus de Drag-moi. Les commentaires qui ont accompagnés ce numéro m’ont prouvé que j’étais capable de sortir de ma zone de confort, mais en plus, que je pouvais être bonne. Il ne faut vraiment pas avoir peur ni honte d’être dans l’impasse par rapport à un thème ou un numéro et demander l’aide des gens qui sont autour de nous. Une fois qu’on a compris ça, on peut accomplir de grandes choses. Il faut savoir prendre toute l’aide disponible, autant en ce qui me concerne, des juges de mon édition  Rita Baga, Barbada et Marla, que d’autres drag-queens comme ses amis (Miss Butterfly, Destiny, Franky Dee, Kelly Torrielu et ma mère drag, Emma Dejavu). J’ai commencé l’aventure avec une idée préconçue de ce qu’était Drag-moi pour finalement réaliser que je m’étais trompée, ce qui m’a permis de remonter la pente. Ce fut tellement enrichissant. J’ai découvert et fait de merveilleuses choses que jamais je n’aurais essayées. Je crois que cest ça l’essence de Drag-moi: apprendre à mieux se connaître en sortant de sa zone de confort, en cherchant à se surpasser à chaque fois et développer de belles amitiés.  Je suis donc très fière de m’être surpassée et d’avoir participé à Drag-moi. Alors un gros et énorme merci à tout ceux qui ont rendu possible pour moi cette belle évolution et le parcours effectué depuis mon entrée à Drag-moi! Je vous aime xxxxxxxxxxxx

5 faits saillants:

1- Lapremière semaine: le défi des vieilles où j’ai complètement fais ce défi!
2- La semaine Broadway où j’ai performer Cats en duo avec Kelly Torielli, et qui était selon moi, mon meilleur numéro de la saison!
3- La semaine seigneur des anneaux ou nous étions en équipe de 2 et j’ai incarné une evil queen elf avec Petula Claque qui était  la good princess elf. Nos numéros et notre histoire étaient vraiment hot!!

4- le défi année 90 oùj’ai fait mon premier numéro comique duquel j’ai été très fière en parodiant Mariah Carey.

5- La finale où j’ai pu monté un numéro que je rêvais de faire depuis un moment sur la série smash, qui m’a grandement aidé à atteindre la deuxième position, et les éloges que j’ai reçu pour ce dernier de la part des juges ainsi que de Mado.

DARLEEN

Darleen est la seule candidate de Drag-moi issue de la 1ère saison à être encore du métier. Même si elle n’a pas gagné, son cheminement depuis sa graduation n’a cessé de croître. Elle a également fait parti de la saison « Université » durant laquelle d’anciennes candidates de Drag-moi ou des drag-queens cumulant au mimum 1 an d’expérience pouvaient participer. Darleen est la preuve que ce qui était moins ta tasse de thé à l’époque peut devenir ton porte-étandard plus tard. En effet, lors de la semaine pop lors de la 1ère saison de Drag-moi, Darleen a livré ce qu’elle qualifie être son pire numéro à vie sur la chanson Firework de Katy Perry. Ironiquement, aujourd’hui, cette artiste figure parmi ses fétiches… au point de lui avoir consacré un spectacle solo en entier. Darleen souligne des premières éditions de Drag-moi une signature plus classique, notamment dans les défis. Elle tient à rappeler que le concept d’école était beaucoup plus concret à cette période alors que les candidates étaient attendues en début de soirée afin d’avoir des cours privés avec les trois juges/ professeurs Rita Baga (attitude), Tracy Trash (interprétation) et Angel (chorégraphie). Son casting était déjà défini avant de prendre part à l’aventure. Elle savait que Darleen serait une cute girl vintage d’inspiration Broadway. La seule chose qui lui reste aujourd’hui, présente ans toutes les sphères de son alter ego, est l’aspect vintage. Jusqu’à l’édition Université, Darleen roulait beaucoup avec des numéros davantage issu du Broadway. Toutefois, lors de l’édition Unuversité, elle a découvert le plaisir de la pop, ce qui a influencé le reste de son parcours. Ce qui était sur pour Darleen, avant de se lancer dans cette aventure, était sa maîtrise des concepts scéniques. Le plus gros défi qu’elle allait rencontrer était le maquillage. Elle n’aurait jamais pensé qu’elle aurait été capable de raffiner ses techniques avec les années, au point d’être nommé pour la toute première fois dans la catégorie Beauty makeup lors du plus récent gala des drags.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s