Critique

Switch the bitch 1ère édition

À l’initiative de la flamboyante Rainbow, le Cabaret Mado est devenu le théâtre d’une soirée bien particulière durant laquelle huit drag-queens ont interverti leur personnage le temps d’un spectacle. Ainsi Mona de Grenoble est devenue Rainbow, Rainbow/ Sasha, Sasha/ Phoenix, Phoenix/ Gisele Lullaby, Gisele Lullaby/ Tracy Trash, Tracy Trash/ Mona de Grenoble et Marla Deer et Rita Baga se sont pigé l’une et l’autre. L’animationa été assurée par l’initiatrice du concept, Rainbow, accompagnée par Rita Baga. Nana y jouait le rôle de « juge » dont je n’ai pas compris l’utilité. Ses commentaires tombaient souvent à plat… Ce n’était pas du grand Nana.

image

Le spectacle fut toutefois un véritable feu roulant. Ce genre de prouesse portait nécessairement vers l’humour mais représentait pour les artistes un défi collossal. La soirée avait été divisée en deux temps. Dans la première partie du spectacle, la drag-queen devait sélectionner, à sa discrétion, une chanson figurant dans le registre de la drag-queen qu’elle interprétait. La seconde partie du spectacle était sans doute celle qui demandait le plus de courage puisque chaque drag-queen s’est fait imposer par celle qu’elle interprétait un numéro déjà présenté issu du répertoire de cétte dernière. Ce sont aussi les drag-queens qu’elles interprétaient qui les maquillaient afin de maximiser davanage la ressemblance entre la vraie et son sosie.

Certaines ont véritablement un talent naturel, qu’elles soient dans leur peau ou dans celle d’un autre. Je tiens à mentionner les performances incroyables de Sasha, Phoenix et Gisele Lullaby qui ont toutes campé unune consoeur dont le style est assez loin de ce qu’elles font et ont réussi à le faire de main de maître. Certaines, dont Phoenix, etait méconnaissable, alors que d’autres, comme Sahsa, semblait être le relfet de celle qu’elle interprétait. À l’inverse, d’autres décu quelque peu. Mona de Grenoble faisait face au plus gros défi. Elle a un style qui lui appartient. Il était presque inévitable que devenir Rainbw, le temps d’une soirée, n’allait pas être de tout repos. Mon bémol ne vient pas de l’effort, var il y était, mais plutôt que ses deux numéros comportaient beaucoup trop d’éléments tirés de son univers qui ne cadrent pas avec celui de Rainbow. C’est d’ailleurs cette dernière mom autre déception de la soirée. Je m’attendais à ce que la personne qui est à l’origine d’un spectacle mette plus de coeur à ses performances. Lors de ces deux numéros, Rainbow ne connaissait pas les paroles et cela paraissait. Ceci dit, Rainbow a énormément de talent, elle a d’aileurs remporté le prix de production de l’année lors du dernier gala des drags. Je me suis alors demandé qu’avait-elle fait de cette rigueur?

Dans l’ensemble, le spectacle fut une réussite. Il fut d’ailleurs question que cette soirée serait potentiellement le pilote d’un concept à refaire sporadiquement. La proposition de drag-queens aux styles des plus variés est assez vaste à Montréal. À suivre dans les mois à venir. Peut-être faudrait-il s’y prendre plus d’avance pour permettre aux drag-queens d’avoir le temps nécessaire à la préparation car mine de rien, c’est tout un exercice de style.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s