Dossier

Les débuts dans le métier avec trois de mes coups de coeur de MX Fierté Canada Pride

Comme chaque personne est unique, il est utopique de penser qu’avec cet article, j’ai la prétention de déternir la vérité aboslue. Je m’intéresse véritablement au métier de drag-queen et je le respecte à titre d’art de la scène. Depuis les dernières années, il y a un foisonnement de l’offre. Pour un jeune artiste qui émerge et qui cherche à s’exprimer, comme le souligne Adriana, il doit véritablement se poser la question à savoir s’il a quelque chose de plus à apporter à cet art. Dans cet optique, chaque parcours devient intéressant. Un artiste de la notoriété de Michel Dorion, Nana de Grèce, Rita Baga, Tracy Trash, Miss Butterfly, Barbada et autres drag-queens de cet acabit n’est pas issu d’un moule duquel résulte des artistes préfabriqués. Il y a eu l’étincelle, comme un appel artistique, puis les années ont façonnées le personnage, le style et ce dont on cherche à défendre comme personnalité. Le coucours mis sur pied par Rita Baga, MX Fierté Canada Pride, a été le bassin d’une variété d’artistes de tous les horizons. C’est à travers ce concours que j’ai découvert une nouvelle génération d’artistes inspirée et inspirante. C’est donc avec trois de mes coups de coeur issu de ce concours, Adriana, Krystela Fame et Ruby Doll, que j’ai voulu aborder les motifs qui poussent une drag-queen à joindre le métier.

Avant de m’intéresser à ce sujet, je croyais que les drag-queens avaient pour la plupart un bagage scénique derrière elle. Hors, parmi nos trois protagonistes, seule Krystela a véritablement une expérience concrète alors qu’elle cumule des annés d’expériences tant en théâtre qu’en chant. Toutefois, l’art s’exprime sous différentes formes. Le métier premier de Ruby Doll se situe en couture. Il y a dans ce domaine une expertise qui lui permet d’aborder le métier de drag-queen autrement. Pour Ruby, il est important que ce qu’elle offre lors d’une prestation soit une conception complète car sa vision du métier de drag-queen se rattache à l’artisanat, donc qui est fait à la main. On peut donc en déduire que ce qui jalonne sa proposition comme artiste relève de cet aspect. Elle place l’esthétisme avant tout, ce qu’elle cherche à projeter.

Lorsqu’on reste collé ce ce qui se fait couramment, on finit par ne plus s’y retrouver. C’est ce qui est arrivé à Adriana. Après avoir dansé pour plusieurs drag-queens au bar Le Drague de Québec, Adriana a finit par développer ses propres idées. Malheureusement, celles-ci semblaient incomprises par ses collègues car elles ne correspondaient pas à leur style. Dans le cadre d’un projet au collège, Adriana avait mandaté sa future mère drag, Stivy, afin de lui faire un maquillage. Il y eût une révélation à ce moment pour Adriana qui s’est aperçu que son visage en femme lui offrait une perspective différente. C’est à ce moment que s’est entamé son processus créatif alors qu’elle s’est mise à mixer ses concepts à sa nouvelle allure.

Ce qui unit Adriana, Krystela et Ruby est certainement que leur début de carrière comme drag-queen a débuté parcequ’elles fréquentaient les bar. Krystela a opté à un certain moment dans sa vie pour une réorientation de carrière qui l’a considérablement éloignée de la scène. Lorsqu’elle est arrivé à Montréal, elle s’est trouvé des emplois dans des bars et des restaurants. C’est lorsqu’elle fut engagée au Sky qu’elle fit la connaissance notamment de sa future mère drag, Emma Dejavu, Miss Butterfly, Franky Dee, Destiny et autres. En les côtoyant sur une base régulière, l’idée d’essayer le métier de drag-queen lui a traverser l’esprit sans jamais véritablement se concrétiser jusqu’à ce que l’appel de la scène ne face écho. C’est alors que s’est présenté le concours Miss Cocktail à l’hiver 2016 pour lequel est fut grandement appuyée par sa collègue et amie Emma Dejavu. Ce ne fut pas nécessairement l’expérience à laquelle elle s’attendait. Néanmoins, elle eut beaucoup de soutient de ses consoeurs qu’elle a rencontré au Sky qui l’a mené jusqu’à Drag-moi l’automne suivant. Lorsque Ruby vivait en France, elle se travestissait. C’est un héritage qu’elle a conservé au moment de déveloper son alter ego alors qu’elle était employée au Unity. Ce n’est que lors de son passage à Drag-moi que son personnage s’est véritablement défini. Elle y a découvert son style. Pour sa part, Adriana est issue d’une famille très religieuse. Il faut dire qu’elle est originaire de la Colombie. Il y avait tout un défi qui l’attendait ici, au-delà sa carrière comme drag-queen. C’est lorsqu’elle fréquentait le bar Le Drague qu’elle s’est fait ses premiers contacts pour être danseuse. L’illumination pour le métier lui est néanmoins venu dès qu’elle est entré dans les loges pour la première fois et qu’elle a pu y découvrir l’enver du décors. C’est comme si, tout d’un coup, elle voyait toutes les facettes artistiques du métier qui était très loin du peu qu’elle connaisait et qu’on lui lui avait présenté comme étant beaucoup plus trash.

Bref, je crois que peu importe le milieu duquel la drag-queen provient ou les raisons qui la motivent à excercer ce métier, il ne faut jamais oublier que faire la différence est la clé. Adriana le souligne très bien  » Il y a beaucoup d’artistes dans le milieu et beaucoup de choses ont déjà été faites, donc il est très difficile de se faire remarquer « . J’ai la conviction que lorsqu’une personnage prend la décision de plonger dans ce mérier, elle le fait pour les bonnes raisons. C’est un domaine qui demande une telle part d’investissement qu’on y repense à deux fois avant d’y aller. La proposition artistique actuelle dans le milieu est particulièrement riche. Si ces artistes foulent encore les planches aujourd’hui, c’est qu’ils ont quelque chose à vous offrir et il n’y a rien comme aller sur place pour l’apprécier. À ce propos, Adriana sera du spectacle Drag superstar animé par Rita Baga et Barbada le jeudi 17 août au parc des Faubourgs alors que Krystela Fame sera du spectacle Illusions orchestré par Michel Dorion le samedi 19 août au même endroit dans le cadre de Fierté Canada 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s