MX Fierté MTL Pride 2018

Dimanche 04 mars

Dimanche dernier avait lieu l’avant-dernier tour de piste des qualifications de MX Fierté Montréal alors que c’était soir de gala au bar Le Drague avec leur soirée annuelle de remise de prix.

À l’aube des demi-finales des 18 et 25 mars prochain, Rita a réitéré la formule que prendra la revanche de ce dimanche, tout juste avant les dernières candidates du premier 1er round. C’est la seule fois où la maître d’oeuvre derrière ce méga concours s’immiscera dans la compétition. En effet, c’est Rita Baga qui aura déterminé les quatre candidats qui auront une deuxième chance de se faire valoir.

La formule empruntée cette année diffère considérablement de l’an dernier. Ce sont ces quatre candidats qui ouvriront le spectacle dimanche. À l’issue de leur performance, le public devra dès lors se prononcer. Le candidat retenu par le public aura le pouvoir de challenger le demi-finaliste de son choix. L’avantage revient donc au personnage challengé puisqu’elle ne se mesura qu’à la personne qui l’aura défié. Si le candidat qui a remporté la revanche l’emporte sur le candidat challengé, celui-ci prendra sa place aux demi-finales. Or, si l’inverse se produit, le candidat challengé passera directement en finale. Si j’avais à choisir les quatre candidats que j’aimerais revoir, je choisirais Dot Dot Dot (semaine 1), Gabry Elle (semaine 5), Kelly Torrieli (semaine 6) et une candidate de cette semaine… À découvrir plus bas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Justement, parmi les candidates de semaine, on retrouvait Chouchoune, Krystella Fame, McKenzie Knt, Rainbow, Sasha Baga et Tracy Trash. C’était une autre édition de gros calibre. Si près de la fin des qualifications, les attentes sont plus élevées. C’est avec cette pression que les candidates ont eue à s’exécuter devant la juge permanente Michel Dorion accompagnée cette semaine par Sandy Duperval et de moi-même (Philippe Caouette). Je dois avouer que le compte-rendu de cette semaine m’a été plus difficile à rédiger dans les circonstances.

 

Tracy Trash

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’une ovation à l’autre, Tracy Trash a été sans contredit la chouchou du public de cette septième soirée de compétition. C’est d’ailleurs ce dernier qui a propulsé l’icône du Cabaret Mado en demi-finale. Tracy a la capacité dans son interprétation de capter l’attention et de la garder sur elle du début à la fin d’un numéro.

Pour son premier numéro, elle était accompagnée par deux danseuses. Même si nous étions en mesure de nous nourrir du numéro dans son ensemble, Tracy nous gavait littéralement tellement elle était investie dans sa performance. Pour sa seconde proposition, Tracy a regroupé toutes les cordes artistiques de son arc et a tiré dans le mile. C’était un numéro théâtral, dans lequel elle partageait la scène avec Will Charmer et Mamma Denise, où l’aspect sexy et le comique s’amalgamaient l’un à l’autre à la perfection. Tracy a été en parfaite maîtrise de ses numéros.

 

Krystella Fame

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore une fois cette semaine, confronté à de solides performances, le panel de juges n’a pu trancher et a retenu deux candidates. La première à avoir su les convaincre est Krystella Fame. Dès ses premiers pas sur scène, Krystella brillait par ses looks incroyables. Elle nous a offert des propositions intéressantes et variées, lui permettant d’aller au-delà de l’esthétisme.

Lors de son premier numéro, Krystella s’est aventurée dans une proposition dans laquelle elle faisait une critique sociale. Rares sont les drag-queens qui utilisent leur tribune pour dénoncer. Pour sa seconde performance, Krystella a changé de ton en offrant un medley de chansons de Lady Gaga. On la sentait en symbiose avec sa proposition artistique, comme si l’une et l’autre ne formaient qu’un. Elle nous a réservé quelques surprises avec ses changements de costumes. Elle était si investie dans ses performances qu’on ne ressentait pas son stress, ce qui lui aura été favorable.

 

Sasha Baga

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’autre candidate qui aura su convaincre les juges est Sasha Baga. Depuis le début de la compétition, Sasha offre des performances entre le runaway des candidats et le dévoilement des gagnants. Elle a dit à Rita Baga qu’elle cherchait à se mettre au défi cette année, alors c’est Rita qui choisit ses chansons chaque semaine.

Pour son premier numéro dimanche, Sasha est demeurée dans la même veine. En effet, Sasha s’est aventurée dans un numéro d’inspiration charleston, ce qu’on ne lui associe pas normalement.  Dans les circonstances, comme juge, je ne devais pas me fier à ce que je connaissais de Sasha et de m’en tenir tenir uniquement à la proposition du soir même. Malgré tout, Sasha a été plus que convaincante dans son numéro, on sentait qu’elle l’avait travaillé. Elle était tout simplement dans le plaisir. L’ovation rendue par le public lui témoignait certainement de la reconnaissance qu’il avait pour l’investissement que Sasha a consacré à son numéro. En contrepartie, Sasha est revenue pour sa seconde performance avec du Beyoncé, une chanteuse qui lui colle à la peau. Elle a opté pour une valeur sûre, certes, mais elle a su le rendre comme jamais. Elle a investi la scène. Chaque mouvement se devait de venir nous percuter en tant que spectateur. Elle voulait gagner.

 

Rainbow

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi les autres candidates, ma déception de ne pas la voir passer au prochain tour est Rainbow. Comme le dit si souvent Rita, il faut trancher et parfois, c’est crève-coeur. Ce le fut d’autant plus en étant juge. Rainbow est celle que j’aimerais revoir se risquer à nouveau dans l’espoir qu’elle soit des demi-finales. Toutefois, l’investissement que met Rainbow dans ses prestations me fait douter qu’elle accepte de se prêter au jeu pour la revanche.

Après avoir usé de pyrotechnie et s’être mouvée dans une coupe géante à la Dita Von Teese l’an dernier lors de MX Fierté Canada, Rainbow avait récidivé cette année avec un serpent sur scène. On ne peut guère lui reprocher son audace. Rainbow est une artiste qui voit grand et qui n’a pas peur de prendre des risques. Le serpent était impressionnant, il faut le reconnaître. Il n’était pas qu’un simple accessoire, Rainbow l’utilisait dans sa performance. Toutefois, le public a semblé froid à la proposition. Peut-être était-il craintif? Quoi qu’il en soit, grâce à cet audacieux choix de mise en scène, Rainbow est demeuré fidèle à elle-même. Elle l’a été également lors de son second numéro où le country était à l’honneur. Comme elle l’a si bien dit sur Instagram après sa défaite: « Ce n’est pas un concours qui définit un artiste ».

 

McKenzie Knt

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour sa part, McKenzie effectuait un retour cette année. Ce que j’ai trouvé dommage, c’est de la voir travestir son art pour plaire, comme si son style unique n’avait pas sa place dans ce concours. Des artistes tels que Miss Daniels Vyxen, Philip et Anaconda La Sabrosa ont su tirer leur épingle du jeu l’an dernier lors de MX Fierté Montréal en respectant leur univers. J’aurais aimé que McKenzie s’inspire de cela pour affronter le concours tel qu’elle est. Malgré tout, ses performances étaient entraînantes. C’est elle qui a ouvert le bal, à sa grande déception. Elle a réussi a imposer un certain rythme que le public a maintenu jusqu’à la fin, ce qui n’est pas rien. Le bémol était certainement rattaché au manque de pratiques avec ses danseurs, il y avait certains décalages apparents à de trop nombreuses reprises.

 

Chouchoune

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Finalement, la dernière candidate à avoir performé dimanche est Chouchoune. Comme d’autres l’avaient déjà fait cette année, Chouchoune a pris le risque de faire une chanson live. Ce choix n’aura malheureusement été bénéfique pour personne jusqu’ici. Son talent n’est pas en cause, loin de là. On sentait que Chouchoune savait ce qu’elle interprétait, elle habitait sa chanson. Il y avait sans doute un problème de calibrage avec le micro puisqu’on n’entendait pas toutes les paroles (et je dois avouer que j’étais près de la scène). Ce genre de numéro contraint l’artiste à un certain statisme, ce que Chouchoune a su renverser lors de son second numéro. Pour l’occasion, elle était accompagnée de deux danseurs. La chorégraphie aurait pu être mieux travaillée afin de permettre à Chouchoune d’être plus à l’avant-scène. Elle a opté pour un duo de danseurs, Marc-André Caron et Alice Gagné, qui ont une chimie naturelle ensemble. Cela a eu pour effet qu’elle soit presque totalement éclipsée de son propre numéro. Son implication dans la chorégraphie n’était pas assez étoffée pour que notre attention ne vacille pas entre elle et les danseurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La semaine prochaine, c’est un rendez-vous alors que les six (peut-être sept) derniers concurrents tenteront leur chance. Ce sera une soirée paritaire entre Québec et Montréal alors que six drag queens de la Vieille Capitale seront dans la métropole. Rappelons également que la revanche ouvrira le spectacle. Rita devrait dévoiler d’ici dimanche qui sont les quatre candidats qu’elle a retenus. Ça s’annonce épique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s