Drag-moi - saison 11

Mercredi 11 décembre – La finale

Mercredi dernier prenait fin la 11ème saison de Drag-moi. Après deux rondes d’auditions qui auront ralliées un taux record de participation avec près d’une trentaine de drags, seulement dix seront retenues pour affronter les différents défis orchestrés par la grande manitou Marla Deer. Ceux et celles qui auront eu la chance de concourir pour les grands honneurs et ainsi succéder à Rock Bière, grand vainqueur de la saison dernière, sont Carmen Sutra, Denim Pussy, Lady Guidoune, Lisa Santana, Misty Waterfalls, Narcissa, Pythia, RV Métal, Samantha Barnack et Zénith. Pour cette grande finale, le panel de juges était composé de la reine des nuits de Montréal, Mado Lamotte, ainsi que de Rita Baga, de retour après une longue absence.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme la finale s’est déroulée il y a un certain moment déjà et que la nouvelle est tombée face à l’identité de la personne qui a remporté le concours, je ne garderai pas inutilement le suspense. C’est la douce moitié de Rock Bière, RV Métal, qui a atteint la première marche du podium. La présence des drag-kings à ce concours-école n’est valide que depuis la saison dernière et il s’agit de deux victoires par ceux-ci en autant d’occasions. Le podium fut complété par Pythia et Carmen Sutra. En plus du palmarès, des prix méritas furent décernés dont meilleure moyenne au pointage pour un même numéro, meilleur look et personnalité. Ce sont respectivement Carmen Sutra, pour son numéro de femme fatale, Pythia, pour son look de licorne, et Zénith qui ont remporté ces distinctions. Des prix coups de cœur des juges de la soirée furent également remis à Carmen Sutra et RV Métal. Afin de remettre ces différents prix, nous avons pu voir défiler plusieurs gagnants parmi les saisons précédents telles que Bobépine, Kitana, Ruby Lamotte et Velma Jones. Je vous invite à (re)plonger dans cette soirée en mots et en images sous la lentille de @emmpicsyou.

 

LISA SANTANA

Lisa Santana a bénéficié du Golden buzzer lors de son audition, la faisant ainsi directement passer dans la compétition. Lisa Santana a livré un numéro à la hauteur de sa proposition en audition grâce à medley de Beyoncé.

Arborant un look militaire, Lisa nous a fait présager le pire en cette finale. Or, sur la chanson If I were a boy, Lisa a fait un reveal, nous révélant un look glam de circonstance.

Fidèle à elle-même, Lisa s’est imposée sur scène et nous a fait profiter de sa belle énergie. On la sentait là, fluide dans sa proposition, et si radieuse. Les nerfs ont relâché en fin de parcours, lui permettant de briller de ses mille feux. Elle s’est permise d’aller au bout de son idée et d’offrir une proposition incarnée et complète.

 

CARMEN SUTRA

Carmen est l’une des trois candidates à avoir bénéficié du Golden buzzer lors de son audition. Tout au long de la saison, Carmen a mis de l’avant ses talents de danse et de contorsion qui lui auront valu le surnom de « femme origami » par Marla Deer.

Pour cette finale, Carmen a opté pour un numéro fort traitant d’un sujet particulièrement difficile, tant par sa nature que par sa retranscription scénique. En effet, Carmen a décidé d’offrir une fable de la femme battue. Sa proposition toute en émotion et en intensité fut partagée avec le danseur Benjamin Rivard.

Les deux protagonistes se sont exécutés sur les pièces Figures et Praying. Leur complicité voguait bien au-delà de la scène, permettant de livrer un numéro empreint de vérité. Le public les a accompagnés du début à la fin dans un silence qui en disait long sur leur capacité de happer l’audience. Leur numéro s’est conclu sur une ovation debout amplement méritée.

 

NARCISSA

Pour compléter son aventure, la dernière à avoir bénéficié du golden buzzer a offert un numéro énergique sur le succès S&M de Rihanna.

Narcissa démontre beaucoup de volonté et a une capacité incroyable d’habiter la scène. Malgré cette fougue, Narcissa n’a pas donné le meilleur d’elle-même dans un contexte de finale. Nous savons qu’elle a connu de meilleures semaines, donc qu’elle était en mesure de nous offrir davantage.

Malgré tout, le numéro offert lors de la finale en est un passe-partout qu’elle pourra aisément réutiliser une prochaine fois.

 

PYTHIA

Pour la finale, Pythia a offert un numéro qui lui ressemble. Dans sa proposition, Pythia incarnait un démon que ses disciples ont invoqué qui fut ensuite libéré de ses chaînes. Pythia a opté pour un medley aux références sataniques composé des pièces All the good girls go to hell, Don’t call me angel et No angel.

Le numéro d’inspiration burlesque reposait sur une chorégraphie simple, mais efficace. Malgré la nature du propos, la proposition s’est avérée entraînante.

Il faut souligner la magnificence de son costume et l’apport au numéro d’effets spéciaux, notamment avec les ailes et les flammes.  Pythia est sans doute l’une de celles à avoir le plus voyager dans les styles tout au long de la saison, il était donc particulièrement appréciable qu’elle conclue cette aventure dans un numéro qui coïncide avec son style.

 

RV MÉTAL

Le grand gagnant de cette 11ème saison de Drag-moi à clôturer son aventurer à l’image de la manière dont il l’avait façonnée. RV a fait preuve d’une redoutable construction dans ses propositions, souvent absurde mais toujours réfléchi alors que chaque détail était pensé.

Cette fois-ci, RV nous plongeait dans un environnement galactique sur la chanson Space oddity où il incarnait un astronaute parti planter le drapeau de la communauté LGBTQ+ sur la lune. Grâce à une mise en scène finement développée, RV a pu reproduire sur scène l’effet d’apesanteur en misant sur des accompagnateurs vêtus d’un body suit noir comme s’il s’agissait d’ombres.

Le numéro s’est ensuite enchaîné sur la pièce We are your friend au moment où il se faisait enlever par des extra-terrestres. Ce numéro se voulait comme l’apothéose de l’approche conceptuelle à laquelle il nous a habitué au fil des semaines. Sa victoire fut doublement savourée alors qu’il recevait son titre des mains de sa douce moitié, Rock Bière, le gagnant de la saison dernière. Ils ont échangé un doux baiser sur la scène du Cabaret Mado.

 

MISTY WATERFALLS

La montée de Misty Waterfalls était observable ces dernières semaines. Celle qui a remporté l’hiver dernier le titre de Miss Cocktail peut se targuer de ce titre sans gêne grâce à la finesse de ses propositions. Misty a connu un parcours quasi sans faute puisqu’elle a réussi à chaque semaine à tirer son épingle du jeu.

En guise conclusion pour son aventure, Misty a opté pour une relecture de la pièce Mister cellophane tirée du film Chicago. Sa proposition, bien personnelle, a élevé le niveau de cette chanson mainte fois revisitée.

Ce numéro était beau, léché et intelligent. Encore une fois, Misty a offert lip sync impeccable. Cette force aura jalonné son parcours du début à la fin.

 

LADY GUIDOUNE

Inspiré du contexte d’un concours de beauté à l’image de Miss Univers, Lady Guidoune a offert un numéro teinté d’un beau message, touchant et personnel, et ce, malgré l’aspect ludique de la proposition.

Lady Guidoune a choisi la puissante chanson I am what I am pour illustrer son propos. Le numéro s’est d’abord ouvert sur un volet qui s’apparentait au stand up alors qu’elle faisait du lip sync sur sa propre voix puisque l’une des contraintes imposait de ne pas pouvoir faire de live lors de la finale.

Suite à sa prestation dans le cadre du concours de beauté, d’autres candidates, incarnées par Petula Claque et Velma Jones, se sont moquée de Lady Guidoune. La seconde partie du numéro s’orientait autour de la réponse de cette dernière à ses détracteurs. Lady Guidoune aura su, dans le cadre de cette saison, insuffler à cette complétion une proposition artistique qui se distingue considérablement, propre à elle.

 

SAMANTHA BARNACK

Tout comme plusieurs autres dans cette compétition, Samantha avait son style et elle l’a mis de l’avant tout au long de l’aventure. Pour clore son passage à Drag-moi, Samantha a opté pour une approche plus folklorique aux échos western.

En effet, Samantha a ouvert son numéro sur la chanson Les cowboys du Québec dans laquelle elle parodiait les drags. Elle enchaîné par la suite avec une chanson classique où on y yodle. Elle a profité de cet épisode pour passer en revue ses différents looks des défis de la saison. Pour les juges qui n’auront pas vu chacun d’eux, il s’agissait d’un beau clin d’œil.

Celle qu’on considère comme une « bébite singulière » est considérée par Rita Baga comme le croisement entre une enfant perdue de Marla Deer et Chantale Francke du populaire groupe humoristique RBO. Tout ça pour illustrer la belle folie de ce personnage emblématique de la région de Sherbrooke.

 

DENIM PUSSY

Pour son ultime numéro, Denim n’a pas lésiné sur les moyens en revêtant un costume en téléphone cellulaire de type flip. Le look était tout simplement ahurissant. Pour accompagner ce look aux références téléphoniques, Denim a opté pour les chansons Got my number et Dial tone.

Malgré la présence de figurants dans son numéro, Denim a enfin su capter l’attention du public et la garder sur elle. Le look n’est pas le seul facteur à prendre en considération car l’offre dans son ensemble était magnifique. Il s’agissait d’un numéro complet, à la fois crazy et funky, qui faisait l’éloge de la fierté de son corps et de son genre.

Le plaisir communiquait avec fluidité de la scène à la foule. C’était tout simplement un plaisir pour l’œil.

 

ZÉNITH

Il ne pouvait pas y avoir meilleure personne pour clôturer la soirée que Zénith, compte tenu du numéro de grande envergure qu’il nous a livré. Accompagné de projections vidéo et de six danseurs, Zénith s’est imposé dans cette finale en offrant le numéro avec le plus gros calibre. Il s’agissait tout simplement d’un numéro de production.

Zénith a offert un numéro intense, tout en danse, sur les pièces Crown et Yes. Son look et son makeup étaient tout simplement magnifiques. Malgré la présence des danseurs, Zénith a su garder l’attention sur lui du début à la fin. On le sentait dans son élément avec ce numéro.

Tout au long de la saison, Zénith s’est dédié à son art singulier au grand plaisir du public. Pour cette finale, il a tout donné… à tel point qu’on a accordé le qualificatif « orgasmique » à sa proposition. Quand le temps et l’effort est perceptible, on ne peut y échapper. Zénith s’est également mérité une ovation debout bien méritée.

 

Après dix belles semaines de compétition, c’est ce qui met un terme à la couverture à l’une des meilleures saisons de Drag-moi. Je vous offrirai prochainement un compte-rendu par artiste sur mon blogue. On ne sait pas quels sont les plans pour l’année prochaine, mais disons qu’avec le succès retentissant de la dernière saison, les chances sont bonnes pour que Drag-moi soit de retour l’automne prochain. Après avoir douté à quelques reprises au cours de la dernière saison, je peux confirmer que je serai de retour pour offrir des comptes-rendus à chaque semaine. Merci d’avoir suivi la saison tant en vrai que sur mon blogue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s