Portrait

Mona de Grenoble

Avec une forte proportion de son entourage qui beignait dans l’art du drag, disons que les statistiques étaient du côté de Mona de Grenoble pour qu’elle s’y lance à son tour. C’est grâce à l’insistance de son amie de longue date Vanity Baga que Mona a fini par s’inscrire au concours-école Drag-moi aux côtés de sa complice d’impro, Colette de Porc. Comme nous sommes en confinement et que nous avons besoin de nous changer les idées, quoi de mieux que de le faire en plongeant dans l’univers déganté de l’une des reines de l’humour drag?

À lire aussi: Entrevue – L’humour drag vu par… Thomas Leblanc

C’est à l’automne 2012 que Mona s’est lancée dans l’aventure du drag. Mona avait des prédispositions pour ce prénom car il la fait rire d’office. Il fallait donc le compléter avec un nom de famille qui répondrait au désir qu’elle chérissait avec son amie Colette d’avoir un nom de scène qui faisait écho à la nourriture. C’est de cet amalgame qu’est né Mona de Grenoble.

En début de carrière, Mona abordait l’art du drag davantage comme un passe-temps qu’un véritable métier. L’énergie qui l’a propulsé vers cette forme d’art, elle l’avait déjà. L’art du drag s’est révélé comme étant une manière plus complète de faire de la scène. Toutefois, elle ne prenait pas ce qu’elle faisait totalement au sérieux. Elle masquait certains travers sous le couvert de l’humour. Elle avait l’impression que s’appuyer sur la comédie pouvait excuser son make-up qui n’était pas toujours impeccable ou encore ses choix de costumes.

C’est lorsqu’elle a senti que le métier n’était plus aussi gratifiant que ce qu’elle avait anticipée que Mona senti le besoin de se retirer pour se recentrer. Elle a pris le temps d’évaluer comment elle pouvait rendre ça plus agréable tant pour elle que pour le public. Elle est tout de même demeurée active afin de tester du nouveau matériel, des looks et des techniques de make-up. Cela se déroulait principalement au Crystal Palace. C’est d’ailleurs là qu’elle y fit la rencontre de Thomas Leblanc auprès de qui elle collaborera sur plusieurs projets dont la St-Jean des queers dans le cadre du Minifest et Petit cuir : hommage queer à Éric Lapointe présenté au Zoofest.

C’est à l’occasion de la première de Complètement buzzées, animée par Gisèle Lullaby, Marla Deer et Tracy Trash, que Mona a fait son grand retour. Lors de son retour, Mona se sentait plus naturelle, plus en symbiose avec son style et davantage dans le plaisir qu’avant la pause qu’elle s’était accordée.

Mona a choisi d’emprunter la voie de l’humour comme principal véhicule pour son personnage. Elle adhère sans doute comme nul autre à ce que Mado s’évertue à nous rappeler, qu’elle est une « clown pour adulte ».  Arborer les traits de Mona lui permet une liberté qui flirte avec l’excentricité. Mona apprivoise ses propres stéréotypes afin de pouvoir en rire sur scène. Cela agit comme une porte d’entrée afin de pouvoir mieux s’attaquer au public. Au moment d’entamer sa carrière, Mona avait déjà statué sur le passé de son alter ego qui se résume par le fait qu’elle a 65 ans depuis sa naissance et qu’elle est emplie d’amertume.

Afin d’épouser totalement ce penchant comique, Mona puise son inspiration un peu partout, de sa famille à des humoristes comme les Denis Drolet et Mike Ward, en passant par des artistes comme Édith Butler et des drags du même gabarit à l’image de Célinda, Nana et Mado Lamotte.

Les projets desquels Mona est le plus fière sont tous ceux qu’elle a eu la chance d’animer, notamment Provocante comédie club, un autre des projets qu’elle a mené auprès de son complice Thomas Leblanc, ainsi que les spectacles de production auxquels elle a pris part dont les Golden girls. Mona est impatiente de relancer sa défunte soirée Ta yeule on joue qui devait revoir le jour avec sa fille Lady Guidoune dans le cadre des célébrations 18ème anniversaire du Cabaret Mado mais qui, dans les circonstances, sont suspendues.

Malgré le confinement, vous pouvez retrouver Mona chaque mercredi lors de la soirée Full questions en genre 20 minutes qu’anime Gisèle Lullaby en direct sur Instagram, au spectacle virtuel Bataille de rôti mené par Kitana et Rainbow ainsi qu’à l’animation du spectacle Full 90-00s produit par James productions et présenté par Romeo’s gin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s