Canada's drag race

Jeudi 23 juillet

Précédemment à Canada’s drag race : Le troisième mini challenge de la saison consistait à animer, en duo, une toute une nouvelle émission du matin, Canada Gay-M, dans les trois langues officielles, soit l’anglais, le français et… le draglish. Le tandem qui a réussi à se démarquer et remporter le défi fut celui formé de Lemon et Priyanka. Ce sont d’ailleurs elles qui ont dû former les équipes pour le maxi challenge qui allait suivre. Celui-ci consistait à un rap battle dans lequel chacune des équipes devaient s’attaquer l’une contre l’autre et qui se déclinait par la rédaction des paroles par les concurrentes, l’enregistrement de leur chanson ainsi qu’une chorégraphie pour accompagner le tout. Encore une fois, les candidates furent évaluées individuellement. C’est Priyanka qui, pour la seconde fois dans un même épisode, a remporté les grands honneurs. Se sont finalement Anastarzia Anaquway et Tynomi Banks qui se sont retrouvées face à l’élimination à l’issue de laquelle, c’est Anastarzia Anaquway qui fut évincée.

 

Le dernier épisode de Canada’s drag race fut celui de Rita Baga – sans favoritisme ici – et ce, à plusieurs niveaux, notamment en raison de ses [nombreuses] savoureuses répliques qui égaieront votre lecture tout au long de l’article. L’émission s’est ouverte sur la post-élimination d’Anastarzia Anaquway qui, contrairement à la tradition, n’a pas laissé de message rédigé au rouge à lèvres sur le miroir dans le work room. Tynomi Banks a pris ça comme un affront, ce qui a fait sombrer les queens de Toronto dans une joute de commérages, à leur image, selon Rita, et qui lui déplaît grandement, ce qui lui a fait dire « This is not Toronto’s drag race ».  Dans les méandres de cet échange tumultueux, nous avons pu percevoir les paroles d’une Kiara confiante, qui affirmait que le bottom n’était pas l’endroit où la retrouverions à nouveau.

À lire aussi: Critique – Haus of Baga: Rita Baga is back in the house 

Le mini challenge de cette semaine, qui a couronné Jimbo et a fait d’elle l’heureuse récipiendaire d’un séjour et d’une expérience culinaire au Hilton de Toronto, en était un de mémoire alors que les drags devaient associer le plus de sous-vêtements de couleurs assorties, sur les modèles, en le moins de temps possible. Avec tout ce qu’elle a offert depuis le début de la compétition, nous étions ravis de cette victoire pour Jimbo, mais un peu moins dû au fait qu’elle n’était pas rattachée à l’une des nombreuses cordes de son arc.

Les dernières semaines avaient emmené les candidates à explorer d’autres dimensions de leurs sphères artistiques. Cette semaine nous ramenait aux sources avec un défi de confection. Autant ce défi faisait craindre le pire pour certaines qu’il était de bon augure pour d’autres. Le maxi challenge de cette semaine consistait à confectionner une collection Haute couture à partir de matériaux recyclés. Encore une fois cette semaine, le défi se faisait en équipe. Les drags étaient libres de se placer avec qui elles le voulaient. Ainsi, Kiara, Rita Baga et Scarlett Bobo se sont réunies sous la bannière Maison Boraga (matériaux de plastiques), Ilona Verley, Jimbo et Tynomi Banks sous celle de Maison papier (matériaux en papier/ carton) et finalement, BOA, Lemon et Priyanka formaient la House of lust (matériaux de métal). Chaque candidate devait confectionner son propre look, mais on devait retrouver une ligne directrice au sein de la collection. Comme il s’agissait de mettre en valeur cette dite collection lors du runaway final, les participantes ont eu droit à une leçon de mannequinat en compagnie de la juge permanente et mannequin Stacey McKenzie. Afin de se motiver, Rita Baga nous a révélé penser à un hot dog lorsqu’elle défilait sur la passerelle.

Pour accompagner le panel de juges cette semaine, un invité de circonstance s’est greffé à lui, soit Biddell, le gagnant de la toute première saison de Project runaway Canada. Étonnamment, ce qui fait le plus réagir les spectateurs cette semaine ne sont pas les looks des candidates, mais plutôt les commentaires des juges. À ce stade-ci de la compétition, l’étau se resserre et l’attachement qu’entretient le public avec les drags devient de plus en plus étroit. L’aspect qu’il n’a malheureusement pas été mis de l’avant et qui aurait sans doute servi à calmer le jeu est que « haute couture » implique une part d’avant-garde dans ce qui est présenté comme collection. En prenant en considération cet élément, le choix de l’équipe gagnante et celle la plus fortement critiquée allait de soi.

112498474_695994324578977_2943851791745146306_o

L’équipe ayant offert la quintessence attendue du défi est celle de la maison Boraga. Parmi les membres de celle-ci, c’est Rita Baga qui s’est distinguée de ses consœurs, lui permettant non seulement de mettre la main sur une carte-cadeau de 5000$ chez Fabricland, mais surtout d’être la première concurrente à remporter deux maxi challenges depuis le début de la compétition. Cette victoire pour l’équipe plastique plaçait les autres dans une position délicate. Malgré certaines réticences envers le look de BOA, qui jusqu’ici a toujours su s’en sortir notamment grâce à sa personnalité, c’est plutôt la Maison papier qui a essuyé les plus dures critiques.  En effet, même si Jimbo rayonnait dans sa magnifique robe princière, on lui reprochait d’avoir miser sur un choix de maquillage et de perruque qui jurait avec l’ensemble. Pour ses partenaires, le portrait était moins reluisant. On leur a reproché sensiblement les mêmes choses à l’une et l’autre, c’est-à-dire que leur look faisait davantage carnavalesque et que même s’il y avait un concept clair dans leur proposition, elles n’auraient jamais dû accepter de se mettre à l’arrière-plan afin de ne faire briller qu’une seule d’entre elles.

C’est dans ces circonstances qu’Ilona Verley et Tynomi Banks, dans leur look de guerrière, on du livré bataille dans ce qui s’est révélé le plus puissant « lip sync for your life » depuis le début de la saison sur la chanson Girlfriend d’Avril Lavigne. Malheureusement pour Tynomi Banks, après une troisième semaine consécutive au bas de peloton, a dû faire ses adieux. Brooke Lynn Hytes lui a carrément dit: «You’re Tynomi mother fucking Banks ». La réputation de Tynomi Banks la précède partout au pays et ce n’est pas surprenant qu’elle fut la dernière à faire son entrée dans le work room lors du premier épisode. Il semblerait que la pression imposée par l’émission était trop pour elle. Plusieurs drags de l’émission se sont prononcés sur les médias sociaux suite à la diffusion de l’émission de la semaine dernière dont Rita Baga qui a livré un magnifique témoignage.

 

À venir la semaine prochaine…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s