Drag-moi - saison 12

Auditions – Mercredi 6 octobre

Après une saison avortée l’automne dernier à l’issue de la première ronde d’auditions, Drag-moi était de retour hier sur les planches du Cabaret Mado, toujours sous l’égide de la grande manitou Marla Deer. Cette nouvelle soirée d’auditions comptait sur la participation de 14 drags, dont 5 drag-kings, qui ont eu à convaincre la nouvelle juge permanente, Velma Jones, et celui invité, Hubert (Oupert Poe), qu’iels avaient leur place au sein de l’Académie supérieure de drag. Bien que la saison dernière n’ait jamais décollée, on a annoncé que le golden buzzer accordé à Lulu Shade serait honoré. Nous apprenions hier que Fay Miss la rejoindrait directement dans la compétition puisque le panel de juges lui a accordé ce même laisser-passer vers le concours-école à la suite de sa performance. À l’aide de mon compte-rendu (critique), je vous invite à (re)plonger dans cette soirée de haute voltige qui regroupait Deborah Kadabra, Eva Moist, Fay Miss, Iggy Zob, Jessie Précieuse, Lolita Stars, Mike Oxlong, Mme T, Niko Lubie, Paulette Paillettes, Robin Brutal, Rosa Golde, Serge La Drag et Victoire Rockwell.

LOLITA STARS

Le plaisir qu’avait Lolita Stars sur la chanson 24 hours ne fut pas suffisant à palier aux nombreux accrochages qu’elle a eu avec son costume qui se prenait dans ses très hauts talons. Bien qu’elle soit demeurée professionnelle, on a senti des hésitations se dessiner sur son visage à la suite de ces quelques maladresses.

JESSIE PRÉCIEUSE

Jessie a fait un choix audacieux en défendant sur scène le personnage de Maleficent, maintes fois repris par différentes drag-queens, sur la pièce Evil like me. Or, elle a su s’approprier l’emblématique vilain de l’univers Disney et en faire une proposition complète et unique qui a su mettre à profit toute sa théâtralité.

ROBIN BRUTAL

Le nouveau membre de la maison Bière & Métal s’est attaqué à une chanson phare du moment, Beggin’. Malgré l’intensité de son interprétation, on le sentait intellectualiser son numéro et anticiper ce qui s’en venait, ce qui a nuit à quelques occasions à son lip sync.

ROSA GOLDE

Les origines colombiennes de Rosa Golde nous ont permis de vivre une immersion latine sur les airs de la reprise en espagnol du succès I will survive de Gloria Gaynor, Yo viviré. Rosa nous a offert de solides pas de danse et deux reveals. Malgré l’intensité qu’il y avait sur scène, il manquait un je-ne-sais-quoi au numéro.

EVA MOIST

Eva Moist était de la cohorte de la 10ème saison de Drag-moi. Elle a avoué d’emblée hier soir que sa participation au concours n’était pas arrivée au meilleur moment dans sa vie, pour diverses raisons. Elle est la première personne à essayer de joindre les rangs de l’Académie pour une seconde fois. L’expérience cumulée depuis son dernier passage sur cette scène se ressentait. Eva Moist était en confiance, elle a réussi à faire embarquer le public. Son choix de chanson, Can’t take mye yes off you, y était certainement pour quelque chose.

SERGE LA DRAG

La vibe générée sur scène par Serge La Drag n’était pas sans rappeler celle de Rock Bière, un rockeur au cœur tendre. Serge nous a donné l’impression de revivre une Saint-Jean-Baptiste des belles années de La Chicane alors qu’il s’attaquait à un medley du populaire groupe né au début des années 1990s. Vêtu d’un boxer et d’un jacket doré scintillant, Serge a clos son numéro muni d’une guitare. On y croyait. Il l’a joué à la Boom Desjardins grâce à ses adresses au public, telle une rockstar. Son aisance sur scène et la qualité de son interprétation sont également à souligner.

NIKO LUBIE

L’un des autres membres de la maison Bière & Métal, Niko Lubie, a pris possession de la scène. Il s’est exécuté sur le succès souvenir Livin’ la vida loca. Le plaisir était au rendez-vous, on le sentait en contrôle. Une proposition plus étoffée aurait certainement contribué à la renforcer.

MIKE OXLONG

Le dernier en lice de la maison Bière & Métal, Mike Oxlong, nous a fait voyager grâce à son numéro conceptuel sur la chanson J’me voyais déjà. En fin de numéro, à la manière d’une beauté de l’émission Le banquier, alors qu’il ouvrait sa petite valise, il nous évoquait clairement son intérêt de joindre l’aventure. Son jeu clownesque avait un petit quelque chose d’accrocheur et bon enfant.

VICTOIRE ROCKWELL

Victoire n’en était assurément pas à sa première expérience. Son numéro magnifiquement orchestré autour du personnage de Dolores Ombrage, issu de l’univers de Harry Potter, sur la pièce Poor unfortunable souls, a ravi le public. Son look alike du personnage brillamment défendu par Imelda Staunton était impeccable alors qu’elle était tout de rose vêtue. Elle s’est permise de glisser un peu de son personnage lors d’un cours épisode parodique. Son interprétation et son lip sync étaient au point.

IGGY ZOB

L’énergie d’Iggy Zob faisait du bien. Il a une façon bien à lui de prendre possession de la scène. Sa proposition de la chanson Ballroom blitz était enivrante. Son look, plutôt queer, n’était pas sans rappeler le feu Justin Tinderfake, c’est-à-dire où l’aspect flamboyant du king était mis de l’avant. Son reveal sur ses abdominaux parfaitement maquillés sur le ventre témoigne d’une superbe maitrise du makeup corporel. Son offre était unique, principalement amenée par l’esthétique du numéro.

FAY MISS

Fay miss nous a éloigné de son côté famous auquel elle nous a habitué. En osant un numéro où la laideur reflétait toute la beauté de son talent, Fay miss a misé dans le mile. Dès son audition, elle a su montrer qu’elle ne craignait pas d’emprunter d’autres avenues pour ses numéros, un aspect important dans le cadre de ce genre de concours. Son montage qui entremêlait la chanson Moi j’mange aux frasques de Guylaine Gagnon au Subway était un pur délice. Elle était drôle et en parfait contrôle de sa proposition. Elle n’a clairement pas peur de ridicule et de belles surprises sont à prévoir. Le golden buzzer, elle ne l’a pas volé.

MME T

Le choix d’offrir un numéro sur la version acoustique de la chanson Shake it off était le meilleur à faire pour ce que Mme T voulait nous offrir. Or, l’accent était trop mis sur l’interprétation, ce qui faisait qu’elle demeurait trop dans sa tête. Pour cette raison, on ne sentait pas de connexion entre elle et le public.

PAULETTE PAILLETTES

Celle qui a offert son tout premier spectacle de production au mois d’août dernier, Dans la cassette à Paulette, était de retour aux auditions de Drag-moi. Elle a offert un numéro qui évoque totalement son histoire alors qu’elle croisait son destin à l’amalgame des chansons I am what I am et Je m’appelle Paulette. Le fait d’afficher sa couleur (jaune) aussi intensément confirme à quel point son personnage est implanté et défini. Son expérience et son aisance scénique transparaissaient. Un tel concours est-il ce dont elle a besoin? Les juges sauront nous le dire à l’issue du processus d’audition.  

DEBORAH KADABRA

C’est tout de cuir vêtu que Deborah Kadabra s’est attaquée à la chanson Yes. Bien que son makeup fut magnifique, Deborah n’a pas su offrir plus qu’une proposition convenue, sans trop d’éclat. Le numéro était bien livré, mais malheureusement, il n’est pas arrivé à se démarquer. Ouvrir et fermer une telle soirée vient avec son lot d’inconvénients.

La semaine prochaine, ce n’est pas moins que 16 autres drags qui feront leur entrée dans l’arène. C’est du gros calibre cette année, j’ai hâte de voir ce qui en ressortira à l’issue des auditions et qui seront les drags à composer la cohorte de cette 12ème saison.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s