Portrait

Jimmy Moore

Véritable maître dans l’art de la personnification, Jimmy Moore s’impose depuis maintenant deux décennies. Ses multiples visages lui auront permis d’arborer les traits de Michael Jackson, Tina Turner, Mariah Carey, Jennifer Lopez et Céline Dion. Toutefois, la consécration, il l’obtint grâce à Madonna. On le qualifie d’ailleurs comme le plus grand personnificateur de la madone au Canada. C’est l’été dernier dans le cadre d’un spectacle-événement lors de Fierté que Jimmy Moore a souligné ses 20 ans de carrière. Après avoir performé dans une multitude d’établissements reconnus tels que le Capitole de Québec, l’Astral, le Gèsu, le National et j’en passe, il est difficile de résumer une aussi prolifique carrière. Je vous invite à plonger dans l’univers d’un artiste pour qui le travail acharné est synonyme de réussite.

 

C’est en 1998 que Jimmy Moore s’exécute pour la première fois lors du gala des mini-stars animé par Gerry Cyr au défunt cabaret l’Entre-Peau. C’est sous les traits de Madonna que Jimmy Moore foule les planches pour la première fois dans une mise en scène inspirée d’une prestation de la chanson Ray of light tirée d’un gala des MTV music awards. Pour cette première performance, Jimmy mise gros en décidant de chanter live.

Jimmy découvre un vidéoclip de la légendaire RuPaul à la fin des années 1990s C’est le déclenchement de quelque chose. Toutefois, son intérêt grandissant pour la personnification naît surtout après avoir assisté à de nombreux spectacles de personnificateurs connus de l’époque. Dès lors, il était déterminé à avoir une grande carrière dans ce domaine. Jimmy démarre sa carrière à une époque où les possibilités de se faire connaître ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. C’est à force de détermination que son nom fera écho peu à peu.

Après avoir personnifié Madonna, Jimmy se lance à la conquête de Jennifer Lopez et Mariah Carey. Lors d’un court instant dans sa carrière, Jimmy s’adonne à des performances du top 40 en danses et en chansons. Cet épisode lui fera rapidement retourner à ses premiers amours : la personnification. C’est dans ce créneau qu’il se consacrera. Ce plongeon lui aura valu la note parfaite puisqu’une boîte de production le repérera, le propulsant dans une constellation d’événements qui le mèneront de la télévision à Toronto. Cet accord, il l’obtiendra suite à la sortie de l’album Music paru en 2000. Cette vague d’opportunités fait circuler son nom. Toutefois, le sacre, confirmant son statut du plus grand personnificateur de Madonna au Canada, il le connaîtra après la sortie de l’album Confessions on a dancefloor marqué par le succès Hung up qui représente pour Jimmy la chanson qu’il aura le plus fait en spectacle à ce jour.

Dès son début de carrière, le plan de match était clair pour lui. Il voulait être une personnalité dite mainstream, c’est-à-dire accessible à tous, qui allait tout mettre en œuvre pour offrir le meilleur dans le look alike. Ce choix assumé lui permettra d’offrir des prestations hors du village gai de Montréal. Jimmy anime depuis un peu plus de 6 mois une nouvelle soirée au District video lounge car il reconnaît que la communauté LGBTQ+ est son public premier, mais surtout celui qui lui aura donné sa première chance. Néanmoins, il ne veut pas se restreinte. Son ambition n’a pas de limite. Cette incursion au District est née d’une rencontre concluante auprès de tenanciers de l’endroit de qui Jimmy est tombé en amour, tant personnellement que professionnellement. Leur souhait : faire du jeudi au District le rendez-vous incontournable du jeudi dans le village.

En raison d’une résidence de près de 5 ans au complexe Sky, Jimmy a dû limiter son offre dans les grandes salles. Depuis les dernières années, il y a une recrudescence en ce sens. On pourra le voir d’ici cet été dans plusieurs productions que vous pourrez découvrir à la fin de cet article. Jimmy calque sa carrière sur les modèles qui l’ont inspiré tel que Madonna qui met de l’avant une féroce détermination. Pour Jimmy, le talent ne représente que la moitié. Le reste est comblé par le travail et l’assiduité. Les artistes que Jimmy fait en spectacle s’orientent eux aussi dans cette optique professionnelle.

Si on lui demande quels sont les moments forts de sa prolifique carrière, Jimmy nous cite spontanément trois événements : son spectacle de Céline Dion en clôture du festival Divers/ Cité, son contrat de spectacles dédiés à Michael Jackson au Casino de Montréal et son show de Madonna au parc Émilie-Gamelin alors qu’il était surélevé sur une croix et qu’il a vu la foule scander son nom, briquet à la main.

Jimmy souhaite porter un message d’espoir. Il encourage les gens à croire en leur rêves… de ne jamais baisser les bras. Savoir affronter l’adversité car c’est souvent après que le meilleur se révèle, mais on ne se donne malheureusement pas la chance d’y goûter. Il faut savoir rester positif, bien s’entourer et croire en soi. De sages paroles qui auront su servir à un homme dont la carrière ne dérougit pas.

 

 

Vous pouvez suivre Jimmy Moore sur Facebook et Instagram

Jimmy Moore anime les jeudis 3D au District video lounge tous les jeudis 22h, entrée gratuite.

Le 9 février, le District offrira un souper-spectacle au coût de 25$ avec Jimmy Moore qui offrira un spectacle consacré à Céline Dion comme cadeau à l’un des copropriétaires, Danny Jobin.

Le samedi 6 avril, Jimmy offrira un spectacle dans la Ville-Reine à Toronto.

Samedi le 13 avril, Jimmy Moore personnifie Madonna, The blond ambition tour à l’Astral.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s