Dossier

L’apport de la famille

Nous reconnaissons à l’art du drag toute une généalogie qui agit comme un système de mentorat. Mais qu’en est-il de l’apport de la véritable famille? Au fil de mes entrevues ces dernières années, je me suis aperçu que certaines drags jouissaient d’un support privilégié de la part de membres de leur parenté. L’implication de ceux-ci se manifestent sous différentes formes, allant de l’achat de morceaux de costumes à des performances sur scène. Afin d’apporter un éclairage sur ce large spectre sous lequel se manifeste ce soutien familial, je me suis entretenu avec quatre artistes de la communauté qui en ont bénéficié dans leur carrière, soit avec Bobépine, Marla Deer, Rock Bière et Scarlett Schatzi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À lire aussi: ENTREVUE | La relation père-fils entre Steve & Bobépine

 

LE COMING OUT DRAG

Malgré l’explosion ces dernières années du terme « drag » dans le jargon plus mainstream, il n’en demeure pas moins qu’une vaste majorité de la population ne comprend pas nécessairement tous les rouages rattachés à cette profession, causant ainsi un certain recul à quelqu’un qui pratique le métier quand vient le temps de l’annoncer à son entourage. Par manque de connaissances, les gens associent parfois l’art du drag au travestissement – travestie étant même un terme longtemps employé pour désigner une drag-queen – ou à la dysphorie de genre. Dans ces circonstances, parler d’un coming out drag est tout à fait légitime car il fait appréhender toutes les réactions possibles que l’entourage pourrait avoir en lien avec cette annonce.

Tant pour Bobépine, Scarlett et Marla, leur coming out comme homosexuel s’est somme toute bien passé. Cela fut le premier pas vers la bonne voie afin d’avoir le soutien de leur famille lors de leur coming out comme drag-queen. Dans ce cas-ci, le seul qui eut à composer avec une certaine inquiétude est Rock Bière. Heureusement, le vent a tourné assez rapidement et c’est plutôt le processus inverse qui s’est produit, c’est-à-dire que son coming out drag a aidé ses parents à accepter celui lesbien. Le désir des parents de Rock de comprendre ce dans quoi il allait s’impliquer les a fait l’accompagner jusque dans les bars où il performait, les emmenant à côtoyer de près la communauté LGBTQ+, ce qui leur a permis de mieux comprendre la réalité dans laquelle évoluait leur enfant.

 

L’APPORT FAMILIAL

La mère de Scarlett s’est impliquée auprès d’elle comme elle l’avait fait dans les autres sphères artistiques dans lesquelles Scarlett s’était impliquées. Jusqu’à maintenant, aucunes d’elles n’avait su la contenter comme l’art du drag a réussi à le faire. Connaissant bien son enfant, la mère de Scarlett savait que lorsqu’elle se sentirait confortable dans quelque chose, ça allait coûter cher. C’est d’abord dans cette optique que son implication s’est manifestée auprès de son enfant. C’est dans la nature de Scarlett, lorsqu’elle est passionnée par quelque chose, elle investit, de toutes les manières.

Heureusement, Scarlett ne s’est pas lancée dans cet univers aveuglément. Elle a pris un bon deux ans afin de procéder à une sérieuse analyse avant d’aller de l’avant. Lorsqu’elle prit enfin la décision de plonger, sa mère s’est assurée de la sensibiliser sur l’investissement que cela pouvait représenter. En contrepartie, la mère de Scarlett s’est révélée particulièrement généreuse comme s’il s’agissait de la « fille qu’elle n’a jamais eue ».

Autant pour la mère que le père de Scarlett, ils ont rapidement compris l’aspect artistique du drag. C’est d’ailleurs le père de Scarlett qui lui a acheté sa première paire de seins en silicone. Du côté de la mère de Scarlett, elle est même allée jusqu’à s’impliquer dans la confection de costumes. Leur présence s’est manifestée dès la première incursion de Scarlett, ensuite à chacun des concours auxquels elle a pris part et de manière assez régulière par la suite.

Du côté de Bobépine, avant de joindre le concours-école Drag-moi, à l’issue duquel elle montera sur la plus haute marche du podium, Bobépine s’était déjà initié à la personnification féminine sous les traits de Granny Cool. Ce personnage plutôt théâtral est né dans le contexte d’une série de capsules que Bobépine avait lancée en marge de ses études en cinéma. Déjà à cette époque, son père Steve s’était montré compréhensif en participant au remue-méninge en lien avec la production.

Lorsque Bobépine est née officiellement, son père n’a pas été surpris. À ses yeux, il ne s’agissait que d’un nouveau personnage, mais qui allait évoluer dans une sphère artistique différente. L’important pour Steve était de savoir que son fil était heureux et qu’il faisait ce qu’il aimait.

Au fil du temps, l’apport de Steve a fini par transcender le lien filial qui l’unit à son fils. Sa présence si soutenue l’a fait adopter par d’autres drags qui sont allé jusqu’à lui trouver un nom : Safety Pine. Ce personnage qui se voulait davantage comme un gage de complicité s’est avéré plus sérieux qu’anticipé alors qu’il a fait son apparition officielle dans la web-série que Bobépine a lancé lors du confinement, soit Bobépine.TV. Cette transformation a permis à Steve de comprendre davantage la réalité dans laquelle se plonge son fils plusieurs fois par semaine, le rendant ainsi encore plus admiratif de l’art du drag.

Rares sont les parents qui ont osé camper le rôle de drag. Le père de Bobépine s’est montré bon joueur en revêtant réellement le personnage qu’on lui avait dessiné. Dans cette audacieuse lignée, on peut retrouver non seulement le père de Rock, mais également sa mère, qui sont devenus respectivement, à plus d’une reprise, La Diva Tequila et Whisky Jo.

La Diva Tequila a fait ses premiers pas sur scène à l’occasion du 60ème anniversaire de sa conjointe. Pour cette métamorphose, La Diva Tequila a eu recours aux talents de Petula Claque qui avait fait la route jusqu’à Québec pour l’occasion. Même La Diva Tequila se sentait intimidée par cet univers, elle était surtout impressionnée. Une fois qu’elle avait compris tout le travail que cela impliquait – et encore davantage avec cette expérience –, il lui était apparu naturel de faire cette incursion le temps d’une soirée (du moins, à ce moment).

Pour sa part, Whisky Jo est monté sur les planches du Cabaret Mado dans le cadre de la soirée de financements en lien avec la production de Rock Bière : Le documentaire. Whisky emboîtait ainsi le pas au reste de l’équipe qui s’était également prêté au jeu. Là où ça devient surprenant, c’est lorsque Whisky s’est présenté seul au bar Le Drague de Québec afin de participer à une soirée amateure menée par Stivy. Encore plus surprenant, il fut booké lors de la soirée mensuelle de Charli Deville, ManSpread. Le point culminant est lorsque La Diva Tequila et Whiky Jo ont, de leur plein gré, proposé à Rock Bière et RV Métal, la semaine où ils étaient à l’animation du Drag show virtuel durant le confinement, de présenter un numéro dans leur personnage respectif. Pour cette occasion, ils ont dû miser sur leur propre expertise en maquillage.

Si ces prestations ont pu se réaliser, c’est parce que le père de Rock aime tellement sa conjointe qu’il ferait tout pour elle. Quand il a vu qu’elle se lançait à cent pour cent, il n’avait d’autres choix que de la suivre. On se croise les doigts pour un family reunion lors de la réouverture des bars. Il faut souligner que tous ces parents qui ont flirté avec l’art du drag y sont allé all in et ce, à l’âge vénérable de 59 ans dans le cas du père à Bobépine et dans la soixantaine pour les parents de Rock Bière.

De son côté, Marla, dès ses débuts a opté malgré elle pour un personnage politisé. Ses parents étaient quelque peu insécures au départ, mais le personnage que Marla mettait de l’avant venait déconstruire tous les stéréotypes qu’on pouvait se faire d’une drag-queen. Dès les premiers pas de Marla dans l’univers du drag, qui s’est opéré lors du défunt concours Star search, ses parents ont tout de suite compris que le personnage que leur enfant endossait servait davantage à faire rire. Une fois qu’ils ont adhéré à la proposition de leur enfant, ils lui ont souhaité le meilleur, voulant même qu’elle soit la plus populaire. Du côté des frères de Marla, étant des grands fans de Donjon & Dragons, ils ne l’ont jamais jugée lorsqu’elle décidait d’endosser un personnage féminin quand elle se joignait à une de leurs quêtes.

Une fois que tout s’est mis en place dans la carrière de Marla, le support de sa famille s’est installé naturellement. Marla a la chance d’avoir une famille soudée qui aime se compromettre. Ses parents n’ont pas tardé à s’impliquer activement en coulisse des grosses productions dans lesquelles Marla était impliquée. Ils trouvaient plus impressionnant de découvrir comment les choses s’opéraient à l’arrière-scène que ce qu’il se passait sur scène. Cette expérience assez unique leur a permis d’entrevoir le métier de leur enfant d’un œil nouveau.

La consécration pour Marla fut lors d’un numéro dans le cadre de MX Fierté Montréal en 2018 où une vaste majorité de sa famille de sang et de spectacle ainsi que des personnes clés de son entourage s’était réunie sur scène le temps d’un numéro, offrant aux spectateurs présent ce soir-là une fresque vivante qui ne pouvait mieux témoigner du soutien familial dont elle bénéficie. Du côté de sa famille, nous retrouvions ses parents, l’un de ses frères, Sébastien, sa sœur Zoé, ainsi que sa marraine qui, juste avant de monter sur scène, a donné le collier de sa mère en lui disant « c’est comme si grand-maman était avec nous ce soir ».

 

Finalement, on constate que l’implication varie d’une personne à l’autre. Ce ne sont malheureusement pas tous les artistes de cet art de la scène qui bénéficient d’un tel soutien. L’objectif était davantage de mettre en lumière de belles histoires. Comme dans bien des choses, il est important de pouvoir compter sur le soutien de ses proches. Encore aujourd’hui, Scarlett continue de demander conseil à sa mère, Bobépine voit la relation entre son père biologique et sa mère drag, Kelly Torrieli, se développer, Rock continue de travailler pour que sa sœur emboîte le pas à leurs parents elle aussi et Marla demeure la matriarche d’une impressionnante lignée, solidaire, coopérative et impliquée, à l’image de ce qu’elle a connue dans sa propre famille.

 

Vous pouvez suivre Bobépine sur Instagram. Elle vous accueille tous les jeudi et vendredi à La dînette à Mado.

Vous pouvez suivre Marla Deer sur Facebook & Instagram.

Vous pouvez suivre Rock Bière sur Facebook & Instagram.

Scarlett Schatzi sur Instagram,

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s