Dossier

Les « talents bleus » de Canada’s drag race

Canada’s drag race a fait son entrée sur la plateforme de vidéo sur demande Crave cet été. Cette version canadienne de l’émission RuPaul’s drag race a permis de mettre de l’avant – sur un réseau mainstream – non seulement l’art du drag, mais également tout un pan de la culture LGBTQ+. La populaire télé-réalité a servi à plusieurs drag-queens au pays d’exporter leur alter ego au-delà de leur province respective. Le Québec a pu compter sur la participation de Kiara et Rita Baga, qui s’est d’ailleurs faufilée parmi les trois finalistes. Les deux montréalaises ont été de dignes représentantes afin de faire briller le talent d’ici. Elles ont également misé sur le savoir-faire d’artisans de chez nous pour certains de leurs looks. J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec deux d’entre eux, soit le coiffeur Martin Alarie ainsi que la drag-queen et designer Suki Doll. Je vous invite à découvrir les coulisses de cette méga-production à travers leur expérience propre. Je trouvais que l’expression « talents bleus » employée pour le concours de talents à La semaine des 4 Julie s’y prêtait bien dans le contexte.

À lire aussi: Le portrait de Suki Doll

L’aventure Canada’s drag race a démarrée seulement deux semaines avant le début des tournages dans la Ville-Reine. Ce qu’ils avaient en main pour la création des looks: une idée générale des défis, sans plus de précision à savoir s’il s’agissait d’un mini challenge, d’un maxi challenge ou d’un runaway. Ce cours laps de temps les mettait déjà à l’épreuve. Martin devait allier son horaire, déjà occupé avec deux projet – un en télévision et l’autre au cinéma – alors que Suki s’y est adonnée à temps plein, pour toute la durée qui lui était accordée, afin de fournir la marchandise.

Kiara a fait appel à Suki car elle sait qu’elles travaillent bien ensemble et que cette dernière est capable de concevoir des looks rapidement. Suki Doll aura confectionné 5 looks pour Kiara. Malheureusement, comme celle-ci fut évincée à mi-parcours, nous n’avons pas pu voir toutes les réalisations de Suki Doll à la télévision. Néanmoins, deux de ses créations les plus remarquables ont pu être admirées de tous, notamment grâce aux images promotionnelles de l’émission ainsi que lors de la finale qui fut diffusée le 3 septembre dernier.

Du côté de Rita Baga, elle a collaboré avec des membres de sa dream team. Dès qu’elle a su qu’elle était retenue dans la compétition, elle a contacté son complice de longue date Martin Alarie. Leur travail s’inscrit toujours dans un processus collaboratif. Or, comme le temps était compté et que travailler des perruques est de moins longue haleine que de la confection de costumes, Martin a dirigé Rita vers Jonathan Grandolfo afin qu’ils développent ensemble les costumes. Lui n’avait qu’à compléter le topo à la lumière de ce qu’ils avaient décidé. Le mot d’ordre sur lequel ils se sont entendus était d’investir dans la nouveauté, c’est-à-dire d’arriver à surprendre le public qui connaissait déjà Rita Baga. C’est là qu’on réalise que Rita y est allée all in dans la compétition en se faisant sortir de sa zone de confort. Finalement, Martin aura travaillé 25 perruques.

Il y a une belle collégialité entre les artistes et artisans ici, au Québec. La volonté de reconnaître les différents crédits pour les looks fut personnelle à chacune des drags. Cela aura servi de vitrine incroyable pour nos artisans qui ont pu bénéficier de l’imposant following qui accompagnait l’aventure Canada’s drag race sur les médias sociaux.

La collaboration de Kiara et Rita Baga auprès de Martin Alarie et Suki Doll ne s’est pas arrêtée là. En effet, les deux artisans continuent de collaborer auprès de nos drag-queens québécoises pour la tournée Canada’s drag rice LIVE at the drive-in. En raison des mesures sanitaires, ils ne peuvent malheureusement pas les accompagner. Le travail s’est orchestré rapidement avant le démarrage de cette tournée. Suki Doll a confectionné un costume pour Rita Baga alors que Martin a fait une sélection de perruques, interchangeable, car Martin voulait laisser la latitude nécessaire à Rita de pouvoir jouer avec ses looks et d’intervertir ses coiffes selon l’inspiration du moment, et qui voyage bien. Le plus important était de ne pas dénaturer le personnage Rita Baga et conserver le branding qui lui est propre.

L’émission a suscité de vives réactions sur les médias sociaux. Certains téléspectateurs se sont accordés beaucoup trop de libertés envers les participantes de l’émission, notamment en ce qui concerne les looks. Suki Doll a soulevé le point en entrevue, les concurrentes ne pouvaient pas voyager avec autant de stock qu’elles le voulaient et, de plus, elles n’aveint pas le temps nécessaire pour revoir et repenser leur look d’un défi à l’autre. Il faut avoir un minimum de compassion, d’ouverture et d’empathie envers elles car ce n’est pas aussi simple qu’on peut le penser, il y a beaucoup d’éléments qui doivent être pris en compte et auxquels, assis dans notre salon, nous ne pensons pas.

Les mesures sanitaires au Québec, plaçant notamment Montréal et Québec en zone rouge, nous empêchent de voir des spectacles de drags sur scène. Pour le moment, le mieux est de suivre Martin Alarie, Suki Doll, Kiara et Rita Baga sur les médias sociaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s