Portrait

La Freak du show

Article écrit par Edward Sanger

Icône de l’horreur, de la folie et du gore, La Freak du Show est un.e artiste polyvalent.e n’ayant pas peur de prendre des risques pour en mettre plein la vue. C’est aussi un travail personnel sur iel-même qui lui a permis d’être la personne qu’iel est devenu.e sur scène.

À lire aussi: Rock Bière: Le documentaire – Entrevue avec Geneviève Labelle & Mélodie Noël Rousseau

Au Québec, nous avons une belle brochette d’artistes qui maîtrise à la perfection ce style. Pour en nommer quelques-unes, on peut citer Démone LaStrange, le duo Selma Gahd et Uma Gahd, Moxxi Hollow, Aliss Love ou encore Anaconda de LaSabrosa.

L’art du drag permet d’aborder différents thèmes. Celui plus sombre et gothique met de l’avant des thèmes forts comme la dépression, la folie et les problèmes de santé mentales, souvent d’inspiration de personnages emblématiques tels que Bloody Mary, In This Moment et Krampus ou musicale avec des artistes tels que Mélanie Martinez, Rob Zombie et Billie Eilish.

La Freak du Show est une artiste non-binaire qui pratique l’art du drag à temps plein depuis 2 ans et demi. Au départ, iel avait fait un coming-out pour montrer avec fierté sa pansexualité et montrer de quoi iel était capable. Durant cette période, iel l’a considéré.e comme un moment d’apprentissage pour mettre en valeur son côté « weird », sa folie et son extravagance effrayante pour choquer et surprendre les gens.

Avant qu’iel ne prenne le nom de La Freak du Show, iel s’appelait Miss Freak ou Freaky. Par ses connaissances en burlesque, iel a apparu.e à deux occasions avant d’être l’artiste que nous connaissons aujourd’hui.

Pour sa première performance, un ami en design de mode lui avait donné une jaquette de psychiatrie pour une performance. Cela s’était produit au bar Les Grands-Ducs de Wellington. En s’est inspirée d’une scène de Night Club, Schizophrenic, en mettant de l’avant sa folie. La Freak du Show a performé pour la première fois sans perruque, avec des verres de contact en forme de X et des pilules de toute sort plein la figure. Ce soir-là, iel était complètement freak et iel a épaté la galerie.

La seconde fois, comme deuxième numéro au bar, iel est allé.e un peu plus fort alors qu’elle a performé sur la musique d’Émilie Simon, Ice Girl, iel a mangé sur scène un cœur cru. C’était mission accomplie pour avoir marqué et choqué son public, comme elle le souhaitait.

Cet.te artiste mélange à la perfection les notions de théâtre, d’improvisation et de burlesque. Grâce à cela, elle est devenue une draglesque qui allie les messages percutants et l’art de surprendre les gens.

C’est à l’occasion d’une soirée au bar l’Otrezone que Carmen Sutra lui a proposé le nom qu’elle porte désormais: La Freak du Show. 

De l’imagination et des styles variés

La créativité de La Freak du Show est sans limite. Depuis qu’iel est petit.e, iel a su démontrer beaucoup d’imagination en arrivant à créer à partir de rien d’une robe glamour en peluche ou encore un costume avec seulement des masques d’Halloween en latex.

En plus, iel sait prendre des risques grâce à ses talents en maquillage, de danseur.se, ses connaissances en burlesque et ses notions en BDSM.

« Comment on me reconnaît ? On sait quand elle est là. La folie, la rage, la tristesse… Par ce que les gens ressentent, je les absorbe comme une éponge et les expulse. C’est mon côté weirdo et aussi je me considère comme un Où est Charlie version très facile. »

La Freak du Show

Les émotions, le syndrome de la page blanche ou la dysphorie de genre sont des thèmes de santé mentale qu’on ne parle pas beaucoup. La Freak du Show choque son public et fait apprendre, à travers ses performances, ses sujets tabous qui ont un impact majeur dans notre société.

C’est également par son passé qu’iel est devenu.e un symbole de puissance, de force et de grand courage pour tous.

Un cheminement puissant pour croire en soi

Il n’est pas facile de faire son bout de chemin pour devenir l’être que nous espérons devenir dans le futur. Des obstacles se mettent sur notre route et c’est un combat très difficile à engager pour se permettre de persévérer dans les hautes sphères de la vie.

Quand on questionne La Freak du Show sur ses victoires et réalisations en tant qu’artiste, iel clame haut et fort que c’est qu’iel a pu croire en sa personne, croire en son art qu’iel est devenu.e la personne que nous voyons aujourd’hui.

Iel s’est confié.e d’avoir réussi en travaillant beaucoup sur sa santé mentale. Ce sujet lui a donné un impact important : créer son propre monde en balayant du revers de la main les préjugés, les pensées négatives et non constructives des gens et ceux de la société.

Cela n’a pas été facile. Iel a survécu.e à vouloir mettre fin à ses jours, grâce à un long travail qu’iel a mené avec la thérapie. Iel a su.e remonter la pente et l’impuissance qu’iel vivait face à iel-même

« Avant, j’étais très « People pleaser ». J’avais de la difficulté à m’aimer, j’étais à la recherche de la reconnaissance des autres pour mon bonheur. À 19 ans, je me suis épuisé.e en combinant les études et 40 heures par semaine pour survenir à mes besoins. En plus, je commençais l’expérience de la colocation et du premier appartement. Je me suis brûlé.e et je voulais me trouver une façon de prendre une pause sans me sentir mal. »

La Freak du Show

Malgré tout, iel a fait un travail titanesque pour être en meilleure santé et en arrêtant de se fier aux jugements des autres et de ceux de la société. Aujourd’hui, ses performances sont des exécutoires pour montrer ses plus grandes victoires : être la personne qu’iel a toujours voulu.e être, de se sentir bien dans sa peau et d’avoir la fierté qui l’envahisse pour le naturel qu’iel projette.

Des projets plein la tête

Artiste et grand.e travailleur.se dans son art, La Freak du Show apporte son talent dans la ville de Sherbrooke, sa ville de résidence. Bien que la scène drag soit petite dans cette ville, iel veut, avec ses consœurs (Gina Gates Miss Fountain, Jacky Hunterfuckk, Poppet Paynes et Samantha Barnack), montrer le potentiel pour former la prochaine génération d’artistes drag.

Pour iel, la scène à Sherbrooke est un endroit rassembleur, avec l’Otrezone, pour permettre de se démarquer et de montrer la fibre artistique. Ultimement, iel souhaite que sa ville soit, un jour, une immense porte pour permettre aux drags de performer, au même titre que Montréal et Québec.

Pour ses projets personnels, iel contribue en tant que modèle pour l’artiste de la photo BG Photographie. Iel aimerait, également, pouvoir tenter sa chance pour montrer son personnage et ses couleurs dans l’émission de compétition de drag d’horreur Dragula

Mais le plus important pour iel, c’est un jour pouvoir vivre de son art. En attendant, iel veut toujours avoir du plaisir pour pratiquer ce qui fait sa passion.

Sans mentor et en apprenant par iel-même, La Freak du Show ne serait pas arrivé.e sans ces sources d’inspiration qui lui ont donné le courage de se battre et de se relever. Des consœurs comme Démone LaStrange, Uma Gahd, Selma Gahd, Gina Gates, Jacky Hunterfuckk, Molotov Slutsky. Ses amis, son entourage et son vécu.

Voilà ce qui fait d’elle La Freak du Show, un.e battant.e qui n’a pas peur de prendre des risques et qui est fièr.e de ses accomplissements.

« Des fois, il y a des moments difficiles. Continue. Des gens t’aimeront. Aime-toi. Ma grand-mère me disait toujours fais une chose à la fois. C’est correct d’être imparfait.e, l’important c’est d’essayer de son mieux. Sois-en fier.ère de faire ton possible. Car les autres, on les aime comme ils sont. »

La Freak du Show

Si vous désirez rencontrer la Freak du Show, iel fera une performance au The Diving Bell Social Club le 10 novembre prochain avec Hercules Sleaze et Pythia, à Montréal. En plus de montrer un look impressionnant, iel fera une narration/drag performance pour l’occasion.

Vous pouvez suivre la Freak du show du Instagram.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s