Portrait

House of Laureen

La troupe House of Laureen est née d’une participation au festival St-Ambroise Fringe de Montréal orchestrée par Connie Lingua en 2014 autour de la parodique Laureen Harper. La réaction autour du numéro fut tellement forte que le nom du personnage mis en scène par la troupe s’est immiscé dans le nom de leur maison. Ce numéro a également établi les bases de la politque interne, à la manière d’une ligne de conduite, qui allait accompagner tous leurs futurs projets. Aujourd’hui, la House of Laureen compte dans ses rangs Connie Lingua, Anaconda La Sabrosa, Uma Gahd, Dot Dot Dot ainsi que Bigs O’Toole. Je vous invite à plonger dans l’univers d’une troupe qui tente fièrement d’agir comme une vitrine de la scène queer et underground à Montréal.

En peu de temps, la House of Laureen a su faire sa place auprès de différents public et ce, à de nombreuses occasions et à différents endroits. La troupe a eu la chance de se produire au Festival Just for laughs, au Centaur theatre (le plus gros théâtre anglophone à Montréal), à Toronto (dans le cadre du spectacle solo de Uma Gahd) ainsi qu’au Cléopâtre où elle a trouvé refuge en y présentant un spectacle tous les 2ème samedis du mois depuis 2016. De plus, grâce à Anaconda, la House of Laureen a su se montrer convaincante auprès de Out.Tv qui leur accordé leur bénédiction afin d’offrir au public montréalais l’événement officiel lié à la diffusion de Dragula. La soirée se déroule chaque mardi, toujours au Cléopâtre, depuis le 31 octobre dernier. La House of Laureen s’implique également dans des levées de fonds. Leur prochaine implication se fera auprès de l’ASTTeQ le samedi 9 décembre.

Ce premier numéro satirique développé autour de l’ex première dame du Canada a donné envi aux membres de la House of Laureen de collaborer à nouveau ensemble. Cette approche plutôt politisée de ce numéro a teinté le parcours qu’empruntera la House of Laureen qui finira par offrir des numéros d’intérêt social et d’actualité. La seule exception à cette règle est la soirée mensuelle qu’elle présente au Cléopâtre qu’elle essaie de faire plus festive. Cette façon d’aborder le médium de la drag-queen leur appartient et permet à la House of Laureen de se distinguer de ce qui se fait ailleurs dans le milieu. Comme il s’agit d’une troupe, chaque membre a son identité avec laquelle l’ensemble de la maison doit jongler. Lorsque les forces de chacun sont bien mises en valeur, le résultat ne peut qu’être optimal. C’est l’amalgame de tous ces éléments qui ont permis à la House of Laureen de voir les portes du Centaur theatre s’ouvrir pour elle afin d’y présenter son spectacle Backdoor queens au mois de janvier dernier.

Les membres de la House of Laureen se considèrent d’abord comme une famille, à l’écoute les uns des autres tants dans leur travail que dans leur vie personnelle. Cette solidarité s’inscrit parfaitement dans la volonté de la maison d’offrir un espace exempt de discrimination telle que des propos transphones, racistes ou contre les femmes par exemple. La House of Laureen est de plus très inclusive. Il est plus important pour elle de savoir le public au rendez-vous que de le faire payer. Chaque membre va accepter d’acquitter les frais pour quelqu’un qui n’est pas en mesure de payer le coût d’entrer lorsqu’il y en a un au lieu de voir la personne rebrousser chemin. La House of Laureen offre un lieu où les étiquettes n’ont pas leur place. L’environnement mis en place lors des spectacles de la House of Laureen est inclusif et sécurisant, voilà pourquoi le public cherche à s’y rendre. Désormais, chaque prestation de la House of Laureen arrive à rallier de 60 à 150 personnes en moyenne.

Cet exploit est possible grâce aux efforts décuplés de Noah Gahd qui prend soin de faire rouler la page Facebook de la House of Laureen et de travailler sur les affiches promotionnelles de chacun de ses événements. À l’instar d’autres établissements comme le Cabaret Mado ou le Cocktail où ce genre de spectacle se donne, la House of Laureen doit grandement miser sur la promotion si elle veut que son public la suive. Il n’y a que leur spectacle mensuel qui soit à date fixe. Ce même Noah Gahd est également l’une des piliers de la House of Laureen. Il est continuellement présent dans les coulisses afin d’aider aux changement des costumes, il prend relai à l’animation lorsque nécessaire en plus d’opérer les réseaux sociaux.

Pourquoi aller voir la House of Laureen? Parce qu’il s’agit d’une troupe dont les limites ne sont que celles qu’elle s’impose. Une troupe qui œuvre dans les deux langues, soit en anglais et en français. Une troupe qui mise sur du visuel fort pour transmettre leur message et faire briller à travers elle un milieu plus méconnu du grand public mais qui a tout à découvrir.

 

Rappel du calendrier de la House of Laureen.

 

Dragula : Tous les mardis 20h30 au Cléopâtre jusqu’en janvier.

Spectacle mensuel : De retour en 2018.

Levée de fonds ASTTeQ : Samedi 9 décembre au Cléopâtre.

 

Vous pouvez également suivre la House of Laureen sur Facebook.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s