Entrevue

Bambi Dextrous

C’est après plusieurs années d’absence sous les traits de son alter ego que Bambi Dextrous a refait surface à l’occasion de l’édition all stars de Drag-moi, ce même concours qui l’a vu naître lors de sa toute première édition. Bambi avait pris une pause du drag afin de se consacrer à sa carrière de comédien car elle croyait que celle-ci allait la gêner dans ses démarches. Heureusement, elle n’est jamais restée bien loin du milieu, faisant occasionnellement quelques apparitions comme garçon puisque la majorité de son cercle social s’y trouvait. Il vint un moment où l’appel de la scène devenait de plus en plus fort. Avant de prendre une décision formelle, elle voulait s’assurer de le faire pour les bonnes raisons. Ainsi, elle s’est demandé ce que Bambi pouvait encore aller chercher avec le drag. Après avoir remis en perspective ce qui faisait sa force comme drag-queen, c’est-à-dire le jeu, elle s’est dit que c’était cet aspect qu’elle allait pousser encore plus loin : plus léché, plus efficace et plus percutant. L’idée de faire une édition all stars marinait déjà depuis un bon moment dans l’esprit de Marla, l’une des meilleures amies de Bambi. Elle a vu en cette occasion une opportunité idéale pour remettre sa perruque. Son passage à Drag-moi l’été dernier n’est pas passé inaperçu. C’est d’ailleurs à partir de sa transformation incroyable en Julia Roberts lors de l’un des défis que m’est venu l’idée d’interviewer Bambi dans le cadre du renouveau de mes entrevues. En effet, c’est année, il sera question des différents aspects du métier de drag qui seront développés par des drag-queens différentes. Je vous invite à découvrir, à travers le regard de Bambi, les rouages du look alike afin de démarrer le tout.

Bambi a exploré quelques look alike au fil de sa carrière dont Cher, Steven Tyler, Marilyn Manson et plus récemment, Julia Roberts. Bambi est d’avis que la morphologie est un élément essentiel pour aider à convaincre lors d’une transformation. Toutefois, l’élément le plus important demeure à ses yeux l’intérêt porté envers l’artiste qui sera personnifié. Ce qui guide la carrière de Bambi depuis toujours est le jeu et l’aspect théâtral. Elle est moins attirée par la danse. Néanmoins, comme toutes bonnes personnifications, il y a un certain niveau d’étude qui doit être fait afin d’aller au-delà du look. Pour Bambi, il faut toujours garder en tête l’impact porté au public, être motivé par le fait de bien rendre le numéro que l’on va proposer.

Un look alike se distingue d’autres formes d’interprétation car il arrive dans certains cas que l’on s’en serve sans se métamorphoser en chanteuse. Dans le cas de Bambi en Julia Roberts par exemple, la recherche devait au-delà de l’étude du personnage. Il y a des artistes ou des personnages qui nous marquant qui ne sont pas issus d’un contexte musical, notamment au cinéma. On entre donc dans un processus de recherche afin d’offrir un contexte musical au personnage sans dénaturer ce dernier. Il est également possible d’amalgamer des répliques tirées du film, lorsque cela s’applique, avec sa sélection de chansons. C’est d’ailleurs quelque chose que Bambi aime particulièrement faire. Même lorsqu’elle ne fait pas de look alike, c’est quelque chose qu’elle aime inclure dans ses numéros. Comme la danse n’est pas sa force, rappelons-le, et tel que mentionné précédemment, le jeu est l’aspect du drag qui la stimule le plus. En optant pour ce genre de propositions artistiques, elle peut aisément s’épanouir et ainsi définir sa marque comme artiste.

Dans sa vie professionnelle hors du drag, Bambi a la chance de faire de la photographie. Cette profession lui a permis d’être plus à l’aise dans son corps, de mieux se connaître. Toutefois, c’est vraiment avec son expérience en théâtre qu’elle s’est familiarisé avec le mouvement, c’est-à-dire la conscience du corps dans l’espace, et l’interprétation. Avec tous ces éléments, elle arrive à mettre de l’avant ce dans quoi elle se sent bien. Tout cela lui sert non seulement lorsqu’elle incarne des personnages, qui ne sont pas nécessairement des look alike, mais également dans ses performances en général. Bambi est ce qu’on appelle une drag-queen à concepts. Ainsi, lorsqu’elle a un contrat, elle veut savoir s’il y a un thème qui enrobe l’événement, ce qui l’orientera dans sa recherche à la suite de quoi elle fera son choix de numéro. Il faut garder en tête que la base part de soi, donc il faut être stimuler par ce qu’on apprête à présenter. Bambi à une bonne base de pop culture, ce qui lui donne accès à un vaste registre avec lequel elle peut s’amuser.

Rita Baga a présenté en 2016 un spectacle dans le cadre du Zoofest destiné à a personnification intitulé Stars – La nuit des sosies. Rita y incarnait Adèle alors que d’autres incarnaient notamment Madonna, Cher, Lady Gaga, Marilyn Manson, Pink, Stromae et autres. Le look alike trouve sa place dans le paysage du drag depuis longtemps. Toutefois, certaines drag-queens n’y toucheront jamais. L’intérêt pour un artiste et une certaine morphologie qui s’apparente à celle de l’artiste doivent d’abord être présents. Ce texte relative la vision de Bambi sur le look alike, mais chaque artiste à sa façon de le percevoir. Au final, l’important est d’être transporter dans la proposition qui nous est faite sur scène.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s