Entrevue

Le fou de la reine – entrevue avec Steve Poitras

Après avoir participé au premier dossier d’En mode drag à l’été 2015 consacré à la retraite chez les drag-queens aux côtés du regretté Brian Charbonneau (alias Sheena Hershey), François Dallaire, Pascal Guilbault et Jean-Marc St-Yves, Steve Poitras est de retour, en entrevue cette fois-ci, pour nous parler de son métier unique au Québec, agent de drag-queen… plus spécifiquement, nulle autre que la reine des nuits de Montréal elle-même, Mado Lamotte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À lire aussi: Hors série | Mado Lamotte: 15ème anniversaire du Cabaret Mado

Les agences américaines fonctionnent avec un responsable du contrat, un autre des déplacements et finalement, un dernier qui s’occupe du déroulement du spectacle. Au Québec, on dessert un bassin différent qui ne requiert pas une structure aussi imposante et tentaculaire. À la différence de ces agences de nos voisins du sud, ici, un contrat s’opère par une seule personne, du début à la fin de celui-ci. Steve aime ce qu’il fait. Être impliqué dans toutes les sphères, malgré la charge que cela impose, lui permet de demeurer informé de tous les détails relatifs au contrat. Une fois le contrat terminé, le sentiment du devoir accompli se savoure davantage puisqu’il est là à chaque occasion, un passager privilégié dans les montages russes que ces différents contrats représentent.

Malgré le fait qu’une agence vient avec son lot de ressources, il ne troquerait pour rien au monde le lien familial qui s’est installé au fil des ans entre lui et sa protégée. Il va de soit qu’avec un nombre aussi restreint dans une équipe, un climat de proximité s’impose de lui-même. Cette proximité a permis au personnage de Mado de demeurer lui-même sans se dénaturer. Si une quelconque agence l’avait prise sous son aile, peut-être aurait-on dilué le produit en perdant de vue ce que nous apprécions encore aujourd’hui de ce personnage emblématique désormais immortalisé au Musée Grévin de Montréal.

Lors d’une rencontre fortuite un certain soir en 1995 naquit leur collaboration amicale. C’est toutefois à l’ouverture du Cabaret Mado en 2002 que Steve devient officiellement l’agent de Mado. S’enchaînera donc l’année suivante la participation de Mado à l’émission Des gens par ordinaires sur les ondes de TQS ainsi que son premier spectacle grand public présenté dans le cadre du festival Juste pour rire. Suite à ces belles années de collaboration, les Productions Mado Inc. verra le jour en 2017.

Steve est humble et reconnaît qu’il a eu la tâche relativement facile pour deux raisons principales. Dans un premier temps, car Mado était déjà établie et sa réputation la précédait. Disons que Steve n’a pas eu beaucoup d’effort à déployer pour la faire connaître. Dans un deuxième temps, le fait que le Cabaret Mado ait pignon sur rue rend Mado plus accessible. Combien de personnes se sont présentées directement au Cabaret dans l’espoir d’une collaboration pour un projet quelconque? Steve ne s’en cache pas, l’ouverture du Cabaret a permis de brasser les cartes, faisant ainsi changer les règles du jeu. Mado est sans doute l’une des seules drag-queens à posséder un cabaret à son effigie, portant jusqu’à son nom, et depuis deux ans, un restaurant, la Dînette à Mado. L’ouverture du cabaret et le rayonnement de sa propriétaire au début du millénaire aura certainement créée des occasions qui n’auraient jamais existées si ça n’avait pas de lui.  Steve sourit en se remémorant les paroles de sa protégée : « Tu vas te tanner avant moé! » lui a-t-elle déjà dit.

De plus, au fil des ans, Mado est devenue plus qu’une drag-queen, mais une personnalité publique. Mado est une artiste qui prend le métier au sérieux sans toutefois que son personnage n’en fasse de même. C’est sans doute ce qui lui a permis de perdurer dans le temps. Cette longévité surprend Steve, mais en jetant un regard sur tout le chemin parcouru ces dernière années grâce à ce rôle, il n’arrive pas à envisager l’avenir autrement. Son statut privilégié fait désormais parti de lui, il en est indissociable.

Je vous invite à suivre Mado sur ses différentes plateformes (Facebook, Instagram et le site internet du Cabaret Mado) pour connaître ce qui s’en vient pour elle.

À noter que le Cabaret Mado célèbrera le jeudi 7 mai prochain son 18ème anniversaire, plusieurs événements se tiendront lors des 18 jours de festivités prévus.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s