Portrait

Manny

Depuis près de trois décennies, Manny mène de front deux prolifiques carrières qui, au fil du temps, sont devenues, plus que jamais, indissociablement complémentaires l’une de l’autre. Après avoir quitté le nid familial, Manny s’est retrouvée dans la métropole québécoise où elle y fit la rencontre de plusieurs personnalités du milieu de la mode qui influenceront son parcours professionnel. C’est dans ces circonstances qu’en 1992, Manny devenait le premier maquilleur homme embauché chez MAC cosmétiques au Québec. À la même époque, elle figurait parmi les personnalités désignées afin de faire vivre et promouvoir à Montréal le phénomène des club kids né à New-York à la fin des années 1980s et qui continuait de prendre de l’ampleur. Manny était présente dans plusieurs boîtes de nuit locales, notamment comme door diva pour les mémorables soirées Squeez, présentée au feu Metropolis, devenu le MTelus depuis, qui rassemblait près de 3000 personnes. Je vous invite à parcourir son enviable parcours et découvrir de quelle manière la carrière qu’on lui connaît aujourd’hui a pris son envol.

À lire aussi: Over the rainbow: Arborez l’arc-en-ciel – Entrevue avec Rainbow

Un soir où Manny était à l’admission du complexe Sky lors d’un Mardi à Mado, Mado elle-même l’a approchée afin de lui offrir de faire une performance le mois suivant. Jusqu’ici, Manny n’avait encore jamais fait de performance, alors autant cette proposition était flatteuse qu’elle l’inquiétait. Elle a tout de même accepté le défi car Mado lui martelait qu’elle croyait en elle. Le pari fut payant. Manny a su épater la galerie grâce à sa prestation orchestrée autour de la chanson I’m every woman de Whitney Houston et son duo avec celle qui deviendra sa sœur de spectacle, Kiki. Ce fut le début d’une longue histoire d’amour entre ces deux icones du Village.  Lorsque Mado a ouvert son cabaret quelques mois plus tard, Manny l’a suivie. Encore aujourd’hui, elle règne à l’admission tous les mardi, vendredi et samedi et ce, depuis le 2 mai 2002. Manny est très reconnaissante des artistes qui l’ont précédées et qui ont pavé la voie dont Madame Simone, Michel Dorion, Monsieur Michel, Twilight ainsi que Mado, évidemment, qui a pavé la sienne.

Son parcours s’est opéré graduellement. Aujourd’hui, Manny figure parmi les drags les plus emblématiques de la communauté. Elle peut se targuer d’avoir participer à toutes les éditions, dès la seconde année, du spectacle Mascara : La nuit des drags présenté dans le cadre du défunt festival Divers/ Cité, d’avoir été du gala de l’humoriste américaine Kelly Ripa lors de son passage à Just for laugh, d’avoir ouvert le défilé en 2017, l’année de la couleur orange, d’avoir été du spectacle de la mi-temps de Drag superstar à l’été 2018, d’avoir été à plusieurs reprises l’une des têtes d’affiche du méga spectacle extérieur Illusion offert durant Fierté, d’avoir été invitée depuis les deux dernières éditions à se joindre aux célébrations de la Fête Arc-en-ciel à Québec en plus d’avoir performer aux côtés des drags de RuPaul’s drag race Kim Chi, Brooke Lynn Hytes, Miss Vanjie et Naomi Smalls lors de leur passage au Cabaret Mado. À ces prestigieux projets s’ajoutent ses participations aux films Gothika (2003), Lucky number Slevin (2006), 300 (2006) et Stonewall (2015).

Sa carrière comme maquilleuse lui a notamment permise de maquiller des personnalités de renommées internationales telles que Céline Dion, katy Perry ou encore Kesha, pour ne nommer que celles-ci. Lorsque l’art du drag et du makeup se sont rencontrés, cela a permis à Manny d’obtenir des rôles importants à l’international, notamment comme animatrice de défilés de mode à Athènes et à Paris en plus d’être l’égérie d’une campagne publicitaire pour une prestigieuse école de coiffure londonienne.

Manny s’inspire des univers du mannequinat, de la mode et de la musique afin de développer son alter ego. En effet, parmi ses principales inspirations, on retrouve la chanteuse britannique Sade pour son côté cool et smooth, la chanteuse d’origine jamaïcaine Grace Jones pour sa manière unique de flirter avec l’androgynie et la célèbre mannequin Noami Campbell pour son côté fierce et sexy. Parmi les drags qu’elle a eu la chance de voir évoluer au fil du temps et qui répondent sensiblement au style qui l’interpelle, on retrouve notamment Barbada, Gisèle Lullaby, Lady Boom Boom, Miss Butterfly, Sasha Baga et Tracy Trash.

Depuis quelques années, Manny a la chance de collaborer avec le chorégraphe Scott Fordham, désormais établi à Los Angeles. Si à l’origine ils n’étaient que deux danseurs à performer aux côtés de Manny, aujourd’hui la House of Manny en compte dans ses rangs près d’une quinzaine. En l’absence de son fidèle complice, Manny peut compter sur le soutien de Ken Antonio.

Avec un curriculum vitae aussi riche, il est difficile de couvrir l’ensemble de ce qu’elle a pu faire dans sa carrière. Chose certaine, on ne peut qu’être ravi de la savoir encore dans notre paysage culturel car, encore à ce jour, à chacune de ses performances, elle nous en met plein la vue.

 

Vous pouvez suivre Manny sur Facebook & Instagram.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s