Dossier

La renaissance des drag-kings & leurs défis

Depuis les dernières années, la scène montréalaise jouit de la renaissance des drag-kings grâce à de fiers représentants qui ont su redorer l’image de cette profession laissée trop longtemps dans l’ombre. C’est dans le décor enchanteur du Café Reine Garçon, situé sur le Plateau-Mont-Royal, que Charli Deville, Will Charmer et Rock Bière m’ont donné rendez-vous afin de discuter de ce phénomène qui sévit dans l’univers du drag de manière positive. Je vous invite à prendre connaissance du compte-rendu de cet entretien.

À lire aussi: Entrevue avec Velma Jones & Justin Tinderfake – femme drag queen vs king

À lire aussi: On dira ce qu’on voudra: Comment les drag-kings subvertissent le patriarcat 

Avant toute chose, laissez-moi vous dresser un court portait des drag-kings qui ont collaboré à cet article.

 

CHARLI DEVILLE

 

C’est à l’issue du concours King of kingz, en 2018, que la carrière de Charli Deville a démarrée. Dès ce soir-là, Charli fut adopté par Uma Gahd, joignant du même coup les rangs de la House of Laureen, hôtesse du concours.

Charli s’était lancé dans l’aventure sans aucune attente. Sa participation au concours était non seulement sa première expérience scénique, mais également son premier contact avec l’univers des drag-kings. À sa grande surprise, la salle était comble au moment de concourir à King of kingz.

La suite des choses s’est présentée d’elle-même. À ce jour, Charli peut se targuer d’être à la barre de la seule soirée exclusivement dédiée aux drag-kings au Québec. À raison d’une fois par mois, Charli anime la soirée Man Spread au Wiggle Room.

Charli fut également retenu comme élève lors de la 10ème saison de Drag-moi au Cabaret Mado. L’été dernier, à l’occasion de Fierté Montréal, il eut la chance d’être l’une des têtes d’affiche du spectacle de la mi-temps de l’événement phare du festival, Drag Superstar, aux côtés de Rita Baga, Barbada & Jimmy Moore.

 

WILL CHARMER

Gradué de la 9ème saison de Drag-moi, Will Charmer a marqué l’imaginaire en devenant le premier drag-king à décrocher une place dans le populaire concours-école. Will a également marqué un grand coup en devenant le premier drag-king à s’être vu attribuer un contrat de fin de semaine au Cabaret Mado.

Rapidement, Will a trouvé refuge au sein de l’emblématique famille Deer en se faisant adopter par Marla Deer, gagnante la dernière édition de MX Fierté Montréal.

Ce qui interpella Will dans l’univers du drag est l’amalgame de tous ses intérêts, allant du théâtre à la création de concepts. Depuis peu, Will a migré vers la vieille capitale où il a la chance de performer au sein de l’équipe du bar Le Drague. Ce cabaret-spectacle met davantage de l’avant de grosses productions d’inspiration théâtrale ou de style musical que ses homologues montréalais.

Sa présence au bar Le Drague aura inspiré le jeune Penito à participer aux Auditions d’une star menées par Sitvy en tant que drag-king, ouvrant ainsi la voie à une relève locale.

 

ROCK BIÈRE

Issu de la même cohorte que Charli, Rock Bière marqua l’aventure Drag-moi en devenant le premier drag-king à mettre la main sur la couronne.

Il fut repéré par l’humoriste Thomas Leblanc lors de sa saison, le menant à participer à un hommage queer à Éric Lapointe intitulé Petit cuir dans le cadre du Zoofest en marge du festival Juste Pour Rire.

Innocent face à l’univers qu’il convoitait, Rock Bière a ensuite enchaîné les concours de drag-kings. En quête d’expérience, il prit part lui aussi à King of Kingz, la même année que Will Charmer, lors de laquelle Charli était juge, ainsi qu’à Sherby King Race au défunt Grands-Ducs-de-Wellington de Sherbrooke.

C’est un grand tourbillon qui a suivi sa victoire à Drag-moi. Rock Bière a notamment offert un numéro dans le cadre du spectacle-événement Illusion, chapeauté par Michel Dorion, lors de Fierté Montréal l’été dernier. Il fut également le premier drag-king, aux côtés de sa douce moitié, RV Métal, à offrir une prestation au camping Domaine de la Fierté, un camping exclusivement réservé aux hommes.

Il travaille actuellement sur un spectacle intitulé Rock Bière : le documentaire que nous attendons pour l’automne 2020. Un projet ambitieux pour lequel Rock a tenu une soirée de financement dans la dernière année.

 

LES OBSERVATIONS

L’art du drag-king se révèle plus autodidacte que ce ne l’est pour les drag-queens. D’abord, il y a peu de représentation locale de qui s’inspirer. Ceux qui ont débuté dans le métier ces dernières années agissent aujourd’hui comme références pour ceux qui suivront. Leurs récentes opportunités leur ont permis d’atteindre un statut plus mainstream, ce qui n’était pas le cas au paravent.

Parmi les autres difficultés rencontrées, on peut penser à la quasi absence de tutoriel sur internet. Toute la technique entourant les rudiments sur le makeup ou encore, savoir comment camoufler ses seins, se font par un système d’essais et d’erreurs. Afin de palier à cette lacune, Charli a commencé à offrir des vidéos sur YouTube dans l’optique d’aider son prochain.

Charli souligne que, comparativement à nos drag-queens locales qui souffrent de la comparaison grandissante de leur équivalentes américainse, en raison du succès de la télé-réalité RuPaul’s Drag Race, les drag-kings arrivent à s’en défaire. En effet, comme leur existence demeure plus méconnue, même à l’intérieur de la communauté au sein de laquelle ils évoluent, les comparatifs sont moins évidents.

Will nuance toutefois en soulignant que malgré tout, certaines attentes subsistent, notamment en ce qui concerne le look. Les drag-queens américaines ont imposé un certain standard duquel il est difficile de se défaire. L’un des défis qu’il a rencontré en début de carrière est la limitation de ses costumes. Il a rapidement senti le besoin de se grailler en ce sens afin de se prévaloir d’un plus large éventail de choix pour ne pas qu’on lui reproche d’être redondant. Wendy Warhol, feu Justin Tinderfake, l’a beaucoup aider à se ravitailler lorsqu’elle arrêter de faire du drag-king, chose pour laquelle Will lui est encore extrêmement reconnaissant.

Malgré les standards sous-jacents imposés par leur univers sœur, les drag-kings présents ces dernières années cherchent à ne pas se catégoriser dans un genre distinct et fermé. La soirée que mène Charli Deville est une porte ouverte à tous les types de drag-kings lors de laquelle ils peuvent flirter à la fois avec le politique, le burlesque ou encore l’androgynie.

La présence des drag-kings a proliféré au moment où ils ont été traités à leur juste valeur, c’est-à-dire plus que des featuring performance dans des numéros de drag-queens. Lorsqu’on reconnaît leur unicité et, comme le souligne Rock Bière, en considérant le renouveau du registre musical qu’ils insufflent, on remarque rapidement toute la pertinence de leur présence dans le paysage culturel.

Les drag-kings ont obtenu le support d’alliés forts tels que Mado, qui leur a non seulement ouvert la voie en leur accordant des contrats de fin de semaine, mais en leur offrant des opportunités d’envergures.

En effet, l’été dernier, Mado les a conviés à livrer un numéro lors de son spectacle Extravaganza présenté dans le cadre de Juste Pour Rire. Une communauté de drag-kings montréalais est réunie sous la bannière One érection, un groupe parodique dont le nom fait écho au groupe One direction, formé en alternance de Charli Deville, Will Charmer et Rock Bière, mais également de Johnny Jones, Miss Daniels Vyxen et Daisy Wood.

Autrement, la clé est de provoquer ses opportunités. C’est ce sur quoi Rock Bière mise et cela lui a rapporté. En tant que comédien de formation, c’est ce qu’il a appris. Il tend à appliquer cette réalité d’un univers à l’autre. Le pire qu’il puisse arriver est un refus, mais on ne pourra jamais lui reprocher de ne pas avoir essayé.

Il y a tant à dire sur le sujet… tout ce qu’on peut dire, c’est qu’on est bien content qu’ils soient de retour plus officiellement dans notre paysage culturel.

 

La prochaine soirée Man Spread – spéciale Halloween se tiendra le samedi 24 octobre au Wiggle room en compagnie de Denim Pussy, MX Macbeth, Natasha Nebila, Pythia & Uma Gahd.

72034416_163407858143203_2363789866157735936_n

Charli Deville et Rock Bière vous attende le mercredi 2 octobre prochain avec les autres gradués de la 10ème saison de Drag-moi, Eva Moist, Kiara, Lana Dalida, Mademoiselle De, Manu Sirius & Matante Alex, avant le dévoilement des candidats de cette nouvelle saison.

70670824_10162417523335261_4512273502803329024_n

Par ici pour suivre sur Facebook…

Charli Deville

Will Charmer

Rock Bière

 

Crédit photo de couverture: Jihef photos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s